Budget de la santé: "Il faudra être créatif", reconnaît Eliane Tillieux

 Eliane Tillieux, ministre wallonne de la Santé et de l'Action sociale
Eliane Tillieux, ministre wallonne de la Santé et de l'Action sociale - © Archive RTBF

La ministre wallonne de l'Action sociale Eliane Tillieux présente le Réseau santé wallon qui doit permettre, grâce aux nouvelles technologies, de faire des économies en soins de santé tout en facilitant la vie des patients et des médecins.

Une cartographie récente de la pauvreté en Belgique montre que c’est principalement Bruxelles et la Wallonie qui sont touchés rappelle Eliane Tillieux, la ministre wallonne de la Santé et de l'Action sociale, interrogée par Bertrand Henne. Un nombre important de jeunes doivent se faire aider par les CPAS et quasiment un Wallon sur cinq court le risque de tomber dans la pauvreté: "C’est beaucoup trop" estime la ministre. Elle souligne tout de même: "Nous avons un filet de protection sociale important. Mais comme responsables politiques, nous devons prendre nos responsabilités et créer rapidement de l’activité et de la richesse en Wallonie. Et faire que chacun trouve un emploi".

Une société qui inclut les personnes

Le gouvernement wallon tient ce jeudi à La Louvière une réunion consacrée à la cohésion sociale: il s’agit de "mettre un focus sur le bien-être des Wallons. Nous allons être confrontés aux transferts de compétences et nous n’aurons pas trop de moyens financiers pour faire en sorte que toute la mécanique fonctionne. Il faut faire en sorte que nous soyons dans une société qui inclut les personnes, qui ne les exclut pas. Il faut aussi faire en sorte que les services sociaux et ceux de la santé coopèrent et trouvent des synergies".

Réseau santé wallon

Le budget wallon permettra-t-il d’encore investir dans le social et la santé ? "Il faudra être créatif et faire mieux avec les moyens dont nous disposons. Nous pouvons par exemple plus utiliser les nouvelles technologies dans le secteur médical. Je présente aujourd’hui le Réseau santé wallon qui rendra accessible toutes les données médicales. S’il arrive un incident à Mons à un patient qui fréquente des services de santé namurois, par exemple, les urgences de l’hôpital montois où il se présente disposeront instantanément de toutes ses données médicales afin de mieux le soigner : ses dernières radios, ses dernières prises de sang, les informations sur ses allergies possibles, ses antécédents médicaux. Cela représente un bénéfice total pour le patient, pour le médecin qui ne devra pas recommencer les examens médicaux, et des économies en soins de santé évidemment".

Les médecins participeront au Réseau santé wallon sur base volontaire, et avec l'accord du patient. Les données resteront confidentielles grâce à des mécanismes de sécurisation. Le budget alloué par le gouvernement s'élève à 1 500 000 euros, dont 400 000 euros émanant du Fédéral.

A.L. avec B. Henne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK