Budget 2018: Charles Michel veut limiter la casse

Charles Michel (MR) multiplie les déclarations à la chambre pour limiter les critiques européennes sur le budget 2018 du gouvernement fédéral.

Le Premier ministre, qui a longuement été interrogé ce jeudi après-midi, a choisi de maintenir le cap en rappelant que la Commission européenne pouvait aussi se tromper dans ses chiffres.

Il a défendu les réformes en cours avec la promesse qu'elles seront poursuivies. "Déjà à l'époque la Commission faisait des prévisions pessimistes pour 2017. Quelques mois plus tard, qu'avons nous constaté: que le contrôle du budget 2017 n'a pas été nécessaire parce que les chiffres étaient meilleurs que prévu."

Charles Michel a aussi accusé le PS d'être un donneur de leçons budgétaires et a mentionné son "irresponsabilité par rapport aux générations futures."

La majorité l'a applaudit et l'opposition a émis ses doutes. "Avec vous, le vote du budget deviendra un acte de foi. Vous, vous y croyez. La Commission européenne, la Cours des comptes et l'opposition n'y croient pas. Et au sein de votre majorité, il y en a qui s'expriment de manière véhémente sur le sujet, mais mon sentiment, c'est qu'ils font semblant d'y croire", a défendu Benoit Dispa, député cdH.

A la Chambre, les débats sur le budget viennent de commencer et devraient se prolonger jusque mi-décembre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK