Bruxelles, ville à vivre ou ville à vendre ?

Bruxelles, ville à vivre ou ville à vendre ?
Bruxelles, ville à vivre ou ville à vendre ? - © Tous droits réservés

Les Plaisirs d’Hiver qui se déroulent en ce moment au centre-ville sont devenus l’une des activités phares de Bruxelles. Le marché de Noël permet de faire la promotion de Bruxelles à l’étranger car il attire de nombreux touristes. Ce n’est pas le seul événement du genre. En quelques années, Bruxelles a réussi à s’affranchir de l’image de ville ennuyeuse qui lui collait à la peau… mais à quel prix ?

Alors que les professionnels du secteur du tourisme peuvent se réjouir de cette évolution, pour des associations de citoyens, ça n’augure rien de bon pour l’avenir du centre de Bruxelles. Des riverains dénoncent ce qu’ils appellent une "Disneyfication" du centre-ville, l’organisation de gros événements populaires aux dépens de la vie de quartier. Culturellement aussi ce reproche revient régulièrement, il est actuellement symbolisé par la création prochaine d’un temple de la bière à l’intérieur de la Bourse. La vie nocturne au cœur de la capitale suscite elle aussi des tensions, les acteurs de la nuit réclament un véritable programme pour la nuit bruxelloise, les riverains eux veulent plus de quiétude.

Quel type de tourisme faut-il proposer dans le centre-ville ? Comment attirer des touristes à Bruxelles et faire vivre le secteur sans chasser les habitants du centre ? Faut-il favoriser une culture de masse aux dépens d’activités moins rentables ? Comment concilier la vie nocturne et la vie de quartier ?

Débats Première 100% Bruxelles organise un débat autour de ces questions avec Deplhine Houba, nouvelle échevine de la culture, du tourisme et des grands événements, Patrick Bontinck, le directeur de VisitBrussels, Isabelle Marchal, du collectif citoyen "Plateforme Pentagone", Nicolas Hemeleers de "24hbrussels", un mouvement de réflexion sur le secteur de la nuit bruxelloise.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK