Bruxelles: Onkelinx évoque des garanties pour l'Open Vld et au CD&V

Laurette Onkelinx
Laurette Onkelinx - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

La négociatrice PS pour un gouvernement en Région bruxelloise, Laurette Onkelinx, a affirmé vendredi sur nos antennes qu'une remise en cause de la représentation flamande dans les institutions bruxelloises ou de la 6e réforme de l'État, telle que pourrait l'envisager le FDF, ne figurerait pas dans un accord de gouvernement.

Le programme des FDF pour Bruxelles envisage une remise en cause de la représentation garantie des Flamands de Bruxelles au Parlement bruxellois, de la règle du consensus au gouvernement bruxellois et un assouplissement des règles de double majorité.

"Ce ne sera pas dans un accord de gouvernement, les partis néerlandophones ne l'accepteraient pas", a affirmé Laurette Onkelinx. Elle a ajouté avoir reçu du FDF la garantie qu'il ne remettrait pas en question la 6e réforme de l'Etat, pour laquelle le FDF s'est séparé du MR à l'automne 2011. "Ils ont dit: nous sommes des légalistes, nous l'acceptons".

Jeudi, l'Open Vld et le CD&V, attendus pour former avec le sp.a l'aile flamande du futur gouvernement bruxellois, ont refusé d'entrer en négociation avec le PS, le cdH et le FDF en raison de la présence de ce dernier parti.

"Je suis là pour donner toutes explications et garanties", a affirmé Laurette Onkelinx, appelant à travailler "paisiblement" et à ce que les partis (sous-entendu, leurs états-majors) respectent Bruxelles comme Région à part entière. "Il n'y a pas de veto, mais des difficultés", a-t-elle ajouté.

La vice-Première ministre PS du gouvernement fédéral sortant a également réfuté que le timing de formation des gouvernements au sud du pays mette en difficulté le fédéral. "Ceux qui disent cela travaillent dans une logique confédérale, comme s'ils étaient sous l'influence de Bart De Wever. Nous avons toujours dit que pour le gouvernement fédéral, il fallait travailler en parallèle ; l'un et l'autre ne doivent pas s'influencer".

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK