"Bruxelles n'est pas une Région, le français y devient minoritaire"

Le nationaliste répète qu'il sera "loyal" sur la pause communautaire convenue jusqu'en 2019 mais qu'il faudra ensuite "relancer un processus de révision constitutionnelle".
Le nationaliste répète qu'il sera "loyal" sur la pause communautaire convenue jusqu'en 2019 mais qu'il faudra ensuite "relancer un processus de révision constitutionnelle". - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

"Bruxelles n'est pas une Région, c'est la capitale des deux communautés de ce pays, d'ailleurs le français, comme le néerlandais, y deviennent minoritaires", déclare le ministre-président flamand Geert Bourgeois (N-VA). Une considération faite en dépit de l'évidence des faits puisque, rappelons-le, la Constitution belge consacre bien le statut de région à part entière de Bruxelles et que le français y est la langue d'usage d'environ 90% de la population, ce que confirment toutes les dernières études réalisées sur le sujet. 

Geert Bourgeois insiste sur le fait qu'il ne faut "surtout pas couper les liens" entre Bruxelles et la Flandre, et estime que "ceux qui affirment que Bruxelles est une Région à part entière se trompent", explique-t-il dans une interview publiée samedi dans L'Echo. Un slogan devenu credo des nationalistes flamands depuis des années.

"Relancer un processus de révision constitutionnelle"

"Bruxelles est la capitale des deux communautés qui composent ce pays. Ce n'est pas un bastion francophone, mais une ville multiculturelle", prétendant que le français y devient minoritaire, comme le néerlandais. Ce dernier ne devient pas minoritaire à Bruxelles mais l'a toujours été. Il serait la langue d'usage d'entre 7 et 10% de la population selon les études disponibles en la matière. 

Le nationaliste répète qu'il sera "loyal" sur la pause communautaire convenue jusqu'en 2019 mais qu'il faudra ensuite "relancer un processus de révision constitutionnelle". "Nous visons toujours la mise en place d'un Etat confédéral couplé à une responsabilisation accrue des entités fédérées. Notre ADN n'a pas changé".

Pour rappel, en entrant dans le gouvernement fédéral, la N-VA avait promis à ses partenaires de coalition (CD&V, Open Vld et MR) une mise au frigo du communautaire pour toute la législation. Depuis lors, les sorties à caractère communautaire de mandataires et de ministres N-VA se sont pourtant multipliées avec régularité.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK