Faux départ pour les centres de vaccination coronavirus du Heysel et de Bouge : problèmes résolus

Il était sous le feu des projecteurs ce mardi lors de son inauguration. Aujourd'hui, il est resté portes closes. Le centre de vaccination du Heysel, le plus grand centre de vaccination du pays, n'a pas de candidats à vacciner, en raison d'un bug informatique qui a empêché l'envoi des convocations à la population. Le centre du Heysel n'est pas le seul à faire face à ce problème. A clinique Saint-Luc Bouge, en province de Namur, le centre de vaccination destiné au personnel soignant de première ligne est lui aussi resté fermé pour les mêmes raisons. 

Des ratés informatiques finalement résolus 

Le problème se situait du côté de la plateforme interfédérale chargée d'envoyer les communications. "Pour le lancement des centres de vaccination à Anvers et Bruxelles, le système Doclr a eu des ratés en début de semaine", expliquait Sabine Stordeur de la task force vaccination hier soir. C'est ce système qui envoie les invitations au personnel soignant de première ligne, prioritaire pour se faire vacciner.

Le centre du Heysel est donc resté fermé ce mercredi, faute de personnes à vacciner. 

Finalement, les problèmes informatiques du système de réservation fédéral Doclr ont été résolus ce mercredi après-midi et les premières invitations pour un rendez-vous au centre de vaccination contre le coronavirus au Heysel ont été envoyées, a indiqué mercredi après-midi Inge Neven, responsable de l'inspection de la santé à Bruxelles

"Les 500 premières invitations ont été envoyées vers 13h00 et une petite heure après, une vingtaine de rendez-vous avaient déjà été enregistrés pour jeudi. Le système d'invitations est suivi de près pour l'instant au cas où émaneraient d'autres plaintes. Trois mille invitations doivent être envoyées aujourd'hui", a précisé Mme Neven.    Le système d'enregistrement est opérationnel. Plusieurs personnes recevront encore une double invitation. C'est le seul problème qui n'a pas pu être résolu pour l'instant. Les organisateurs essaieront de remplir au mieux les créneaux horaires ces prochains jours.  

Contrairement à ce qui se fera en Flandre et en Wallonie, il est possible de choisir son jour et son heure de vaccination en Région bruxelloise. Quand plusieurs points de vaccination seront ouverts dans la capitale, il devrait même être possible de choisir son lieu de préférence. Cette fonctionnalité doit encore être ajoutée, mais le fédéral s'est engagé sur ce point. Les invitations de dizaines de patients qui ont été vaccinés mardi au Palais 1 avaient été envoyées manuellement, ce qui a pris un temps considérable. Le système Doclr permet de tout automatiser.

Si le souci informatique devait se répéter, la Région bruxelloise a un plan B. Elle peut envoyer des convocations comme elle l'a fait pour le centre Pachéco au début du mois, quand la plate-forme interfédérale n'était pas encore sur les rails. Il faudra compter sur un ou deux jours de retard donc, dans une campagne qui se compte en mois.

Pas de conséquence sur la conservation du vaccin

Alain Maron, le ministre bruxellois de la Santé, relativise: "Sur la campagne globale de vaccination, ça n'a absolument aucun impact. J'aurais préféré que le système fonctionne dès les premiers jours. C'était l'engagement pris par les équipes au niveau fédéral. C'est un petit retard à l'allumage".

Ce retard ne devrait pas entraîner de soucis de conservation pour le vaccin AstraZeneca qui est administré dans ce centre. De quoi relativiser. 

Le centre de vaccination à Bouge, dont l'ouverture était prévue ce mercredi, devrait quant à lui rouvrir ses portes très rapidement nous annonce-t-on.

Reste que c'est un nouveau couac dans cette campagne très incertaine, en raison du retard dans les livraisons de vaccins.  

Centre de vaccination du Heysel: JT 16/02/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK