Et si la vente de Voo était bloquée par Brutélé? Mais c'est quoi, Voo? Et Brutélé? Et Enodia?

"Nethys s'est engagé à vendre le câblodistributeur Voo au fonds d'investissements américain Providence, sous réserve d'une opération concernant Brutélé, le tout à l'insu de Finanpart, filiale d'Enodia". Vous n'avez rien compris à ceci? On vous explique qui est qui et qui fait quoi...

Voo: C'est la marque créée pour commercialiser l'accès à la télévision et à Internet via le câble en Fédération Wallonie-Bruxelles, et qui a donc remplacé pour le consommateur l'ensemble des anciennes intercommunales de télédistribution. Avec une nuance importante, c'est que la plupart ont été rachetées par Voo, SAUF Brutélé, qui elle s'est ASSOCIEE à ALE-Téledis (la branche télédistribution "historique" de l'intercommunale liégeoise ALE devenue Tecteo, puis Publifin, puis Enodia) au sein de ce qu'on appelle un "groupement d'intérêt économique": Voo. C'est pour ça que Nethys ne peut pas vendre Voo aujourd'hui: elle ne lui appartient pas (encore) complètement...

Brutélé: c'est l'opérateur historique de télédistribution à Bruxelles, fondé au départ de la régie d'électricité d'Ixelles, qui s'est ensuite étendu sur une partie du Brabant wallon et a racheté l'opérateur carolo. Contrairement aux autres anciennes intercommunales de télédistribution, Brutélé existe toujours, elle vend simplement ses services sous la marque Voo. Vu le contexte concurrentiel, Brutélé avait décidé de vendre l'exploitation de son cable, en choisissant son partenaire Voo. Mais ça, c'était avant de savoir que Nethys voulait vendre Voo...

Enodia: c'est le nouveau nom choisi par les administrateurs de Publifin pour tenter de faire oublier le scandale lié à cette intercommunale.

Finanpart: c'est une structure qui ne servait strictement à rien, si ce n'est à noyer le poisson. La preuve: sur recommandation de la commission d'enquête, Enodia a finalement accepté de supprimer cette filiale qui était officiellement l'actionnaire principal de Nethys.

Publifin: c'est un des nombreux noms qu'a porté l'intercommunale qui était au départ "l'Association Liégoise d'Electricité", et qui est devenue Tecteo en 2014, et Enodia en 2018. Au passage, elle a diversifié ses activités dans de nombreux secteurs, dont la télédistribution, et ses investissements. Ses principaux actionnaires: la Province de Liège, majoritaire et 76 communes, principalement liégeoises.

Nethys: C'est l'entreprise proprement dite, alors que Publifin-Enodia est l'actionnaire. Une entreprise active dans de nombreux secteurs (télécom, énergie, médias...), via des filiales, qu'elle détient en tout ou en partie. C'est le cas pour Voo où Nethys est partenaire avec Brutélé. Le départ de son directeur Stéphane Moreau, réclamé par les politiques wallons, se fera finalement, mais pas sous forme de licenciement: celui-ci deviendra dirigeant d'une des filiales vendues, à savoir Win, actif dans les nouvelles technologies.

Cédric Halin était l'invité de Matin Première ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK