Brussels Airlines : la CNE demande une conciliation en commission paritaire

Le syndicat chrétien demande une conciliation en commission paritaire pour tenter de démêler le conflit social autour des conditions de travail du personnel de cabine de Brussels Airlines. C’est ce qu’a indiqué lundi Didier Lebbe, secrétaire permanent à la CNE, après une réunion avec la direction de la compagnie aérienne. Cette dernière a décidé d’implémenter "au plus vite" une série de mesures censées soulager le personnel.

La réunion de lundi n’a rien donné de concret, a déclaré Didier Lebbe. La direction propose toujours d’engager 20 personnes supplémentaires, une mesure jugée insuffisante par les syndicats.


►►► À lire aussi : Brussels Airlines : les syndicats jugent toujours les propositions de la direction insuffisantes


Dans la ligne de mire de la CNE figure une convention sur les horaires de travail, "imposée" par la direction l’an dernier, et jugée intenable car le personnel de cabine est tout simplement insuffisant.

Didier Lebbe dénonce aussi l’absence d’intervention du régulateur fédéral, censé jouer un rôle de gendarme. La CNE a contacté le ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet à ce sujet.

Le syndicat veut que soit appliquée l’ancienne convention sur les horaires de travail, tant que le nouveau texte ne peut être appliqué décemment.

Série de mesures

De son côté, la direction de Brussels Airlines a annoncé lundi en fin de journée avoir pris la décision d’implémenter "au plus vite" une série de mesures visant à soulager le personnel de cabines.

Dans les grandes lignes : vingt équivalents temps plein seront engagés, les combinaisons de vols les plus difficiles seront limitées à une par mois et les réunions de monitoring de la fatigue des équipes se tiendront désormais deux fois par mois au lieu d’une fois auparavant.

 

Reportage de notre journal télévisé du 2 août :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK