Brexit et Belgique: "On va pouvoir entamer les discussions sur les relations commerciales"

L'accord préliminaire sur le Brexit "est une bonne chose", a estimé Didier Reynders (MR).
L'accord préliminaire sur le Brexit "est une bonne chose", a estimé Didier Reynders (MR). - © ERIC LALMAND - BELGA

Le Premier ministre Charles Michel s'est réjoui vendredi des avancées enregistrées dans les négociations sur le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. "Mais notre travail n'est pas encore fini!", a-t-il fait remarquer sur Twitter.

"Cet accord est un pas important en avant! Un accord intelligent sur le Brexit est dans l'intérêt de nos citoyens et de nos entreprises. Le Royaume-Uni est et restera pour toujours notre voisin. Mais notre travail n'est pas encore fini!", a-t-il tweeté en anglais ce vendredi matin.

Le Royaume-Uni, 4ème partenaire de la Belgique

L'accord préliminaire sur le Brexit "est une bonne chose", s'est réjoui quant à lui le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR).

Les trois premiers problèmes rencontrés lors du premier volet des négociations – la facture budgétaire, les droits des citoyens et la frontière irlandaise – sont désormais réglés. Ce qui fait dire au ministre libéral que l'on "va pouvoir entamer les discussions sur les futures relations commerciales" avec le Royaume-Uni, qui reste le 4ème partenaire de la Belgique.

C'est un "bon signal", a également convenu le ministre de l'Économie Kris Peeters (CD&V) qui a indiqué qu'il réunirait la semaine prochaine le groupe de travail chargé de faire un état des lieux pour la situation des entreprises.

Des "progrès suffisants"

Un peu plus tôt dans la journée, la Première ministre britannique Theresa May et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker avaient annoncé être arrivés à des "progrès suffisants" dans les négociations sur trois dossiers considérés comme particulièrement importants par les Européens: les droits des citoyens expatriés après le Brexit, le règlement financier du divorce et la question de la frontière entre la république d'Irlande et l'Irlande du Nord.

Ces progrès suffisants ouvrent la voie à la suite des négociations, d'abord sur une période de transition d'environ deux ans, puis sur la relation future entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, a pour sa part indiqué le président du Conseil européen Donald Tusk.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK