Brexit : Elio Di Rupo menace déjà de veto wallon de potentiels accords commerciaux post-"no-deal"

Brexit : Elio Di Rupo menace déjà de veto wallon de potentiels accords commerciaux post-"no-deal"
Brexit : Elio Di Rupo menace déjà de veto wallon de potentiels accords commerciaux post-"no-deal" - © POOL OLIVIER MATTHYS - BELGA

Si le Royaume-Uni et l’Union européenne ne parvenaient pas à s’accorder sur leurs relations post-Brexit ("no-deal") et devaient par la suite conclure des accords commerciaux, ces derniers devront respecter les lignes rouges fixées par la Wallonie à la suite de la crise du CETA, sous peine de veto, a affirmé mercredi le ministre-président wallon Elio Di Rupo.

"Pour être clair, je n’hésiterai pas à demander à mon parlement d’utiliser son droit de véto, comme ce fut le cas pour le CETA, si les futurs accords commerciaux avec le Royaume-Uni transgressent les lignes rouges fixées par mon gouvernement", a indiqué M. Di Rupo lors d’une intervention au Comité des Régions.


►►► À lire aussi : Brexit sans accord : Qui a le plus à perdre ?


 

La crainte d’un "no-deal" au 31 décembre s’est accrue ces dernières semaines, même si le Premier ministre Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne se voient encore ce mercredi soir à Bruxelles.

Jusqu’à 5000 emplois perdus en cas de Brexit "no deal"

Selon M. Di Rupo, un Brexit "no deal" pourrait représenter jusqu’à 5000 emplois perdus, le Royaume-Uni étant le septième fournisseur de la Wallonie.

Londres et l’UE se lanceraient-elles alors dans de nouvelles négociations commerciales ? Si oui, d’éventuels accords qui en sortiraient ne pourraient marquer une régression par rapport aux lignes rouges wallonnes, prévient déjà M. Di Rupo. Il évoque là sans les nommer les garanties sociales, environnementales, sanitaires ou encore en matière de règlement des différends, autant de points qui ont suscité la fronde wallonne à l’accord de commerce et d’investissement entre l’UE et le Canada (CETA) en 2016.

La Wallonie pourrait donc bloquer de tels accords. En maintenant une situation de "no-deal" dont elle dit qu’elle risque de lui coûter 5000 emplois ? "Il est évident que nous plaidons avant tout pour un accord", nuançait-on au cabinet Di Rupo.

Post-Brexit : la Belgique se prépare (JT du 09/12/2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK