Brexit: ces Britanniques qui veulent obtenir la nationalité belge

Brexit: ces Britanniques qui veulent obtenir la nationalité belge
Brexit: ces Britanniques qui veulent obtenir la nationalité belge - © Tous droits réservés

Torrey habite la Région bruxelloise depuis une quinzaine d'année. Ce Britannique employé dans une société d'informatique n'avait jamais imaginé demander d'obtenir la nationalité belge. Mais ça, c'était avant le Brexit.

"Avant le Brexit, le passeport britannique me procurait les mêmes droits qu'une carte d'identité belge. Jusqu'ici, je dispose de tous les droits et devoirs d'un citoyen belge, comme celui de pouvoir voter pour les européennes", explique Torrey Searle.

Rester Européen

Le 24 juin 2016, les Britanniques votent en faveur de la sortie de la Grande Bretagne de l'Union européenne. Les conséquences de ce vote sont encore très floues pour ces ressortissants du Royaume Uni qui vivent à l'étranger. Souvent demandée par facilité administrative, la naturalisation belge est aussi un acte symbolique. Une volonté de rester européen.

"Je veux rester en Europe. J'aime cette liberté de circuler, cette liberté de pourvoir travailler n'importe où en Europe. Et je crains de perdre de tout cela avec le Brexit", ajoute Torrey Searle.

Boom des demandes de naturalisation

La démarche de Torrey n'est pas singulière. Dans de nombreuses communes bruxelloises (Uccle, Bruxelles-Ville), mais aussi dans le Brabant wallon (Waterloo), on remarque une nette augmentation des demandes d'informations. Les dépôts de dossiers de naturalisation sont aussi en hausse.

C'est dans la commune d'Ixelles qu'il y a le plus d'habitants d'origine britannique. Ils sont 1500. Ces sept derniers mois, 33 ressortissants britanniques ont obtenus la nationalité belge, huit autres le seront tout prochainement. "Il y a trois conditions pour pouvoir obtenir la nationalité belge. Il faut résider sur le territoire belge depuis au moins cinq ans. Parler l'une des trois langues nationales et prouver son intégration économique et sociale. C'est-à-dire pouvoir démontrer des attaches professionnelles.", développe Delphine Bourgeois (MR), échevine de l'Europe.

D'ici quelques semaines, le gouvernement britannique devrait déclencher l'article 50 du traité sur l'Union européenne. Cet article prévoit un mécanisme de retrait volontaire et unilatéral d'un pays de l'Union européenne. La procédure de divorce sera donc officielle et du côté des administrations communales du pays, on s'attend à voir de nombreux Britanniques venir se renseigner et demander la naturalisation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK