Bourses d'études: les étudiants les plus précarisés peuvent respirer

Bourses d'études: les étudiants les plus précarisés peuvent respirer
Bourses d'études: les étudiants les plus précarisés peuvent respirer - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

En 2016, le ministre de l’Enseignement supérieur a revu les allocations d’études. L'idée était de donner un coup de pouce supplémentaire aux étudiants vivant dans des conditions parfois difficiles. Le montant des aides disponibles a donc gonflé.

Mais on reprochait au dispositif d’exclure les plus fragilisés: pour ceux qui disposaient de moins de 300€/mois, il était devenu compliqué d’obtenir une aide.

Insensé?

A priori, l’idée de ne pas avoir droit à une bourse d’études parce qu’on dispose de revenus trop bas peut sembler incohérente. Mais dans l’esprit de Jean-Claude Marcourt, il s’agissait de faire barrage à des montages fiscaux et de ne pas distribuer des aides à des étudiants aisés dont, par exemple, les parents ne percevaient officiellement aucun revenu en Belgique.

Contestation

Toutefois, dans les faits, certains étudiants réellement démunis ne pouvaient espérer de bourses. Le système avait bien été corrigé une première fois mais sans doute pas suffisamment. L’administration peinait d’ailleurs à traiter les recours. Alors aujourd’hui, le ministre change carrément son fusil d’épaule.

Plus d’exclusion d’office

Désormais, ceux qui peuvent légitimement compter sur une bourse pourront en bénéficier. Le seuil minimal des 300€/mois ne sera plus une raison d’exclusion. Au contraire! Il sera considéré comme une sonnette d’alarme: les services sociaux devront donc vérifier que l’étudiant reçoit bien les autres aides auxquelles il a droit, par exemple celles mobilisées par les CPAS.

Coup de pouce en plus

La vapeur est ainsi renversée pour quelques centaines d’étudiants en Fédération Wallonie-Bruxelles. Tant qu’à faire, le nouveau dispositif a aussi supprimé la limite d’âge. Et dorénavant, il permet également aux frontaliers de bénéficier d’une bourse pour étudier ailleurs qu'en Belgique si une institution étrangère est plus proche de leur domicile.

Dans la foulée, l’aide aux boursiers continue d’augmenter. L’arrêté pris cette semaine ajoute 3,5 millions à un budget en augmentation constante depuis 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK