Bourses d’études : le gouvernement de la Fédération Wallonie-BXL efface l’ardoise

On se souvient de ces étudiants wallons et bruxellois qui devaient rembourser des allocations d’études qu’ils avaient perçues alors qu’ils n’étaient plus dans les conditions de les recevoir, notamment parce qu’ils avaient accumulé trop d’échecs. L’ordre de rembourser leur parvenait parfois très tard, des mois voire des années après le versement des bourses. A plusieurs reprises, les associations d’étudiants avaient manifesté pour contester cette exigence de remboursement, estimant que cela aggravait la situation de jeunes déjà en difficulté financière. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a entendu l’appel, il renonce à récupérer les sommes en question. Les compteurs sont remis à zéro mais de nouveaux critères d’attribution et de contrôles des bourses vont entrer en vigueur.

 

Soulagement pour 3000 étudiants boursiers

La nouvelle va soulager plusieurs milliers d’étudiants boursiers qui sont actuellement en période d’examens. La ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Glatigny (MR) vient d’annoncer lors d’une conférence de presse organisée à l’issue du conseil des ministres que le recouvrement des allocations d’études indûment perçues dans l’enseignement supérieur est abandonné. Cela concerne les années académiques 2016-2017 à 2019-2020. En outre, les étudiants ayant déjà remboursé partiellement ou totalement leur allocation d’études, obtenues pour les années 2016-2017 et 2017-2018 seront remboursés." C’est la fin d’un imbroglio qui opposait les associations d’étudiants à la Fédération Wallonie-Bruxelles depuis des mois, plus précisément depuis qu’environ 3000 étudiants avaient reçu une invitation à rembourser de l’argent reçu au titre d’allocations alors qu’ils n’étaient plus " finançables ", autrement dit qu’ils n’y avaient plus droit. Certains devaient rembourser plusieurs milliers d’euros, parfois perçus il y a plusieurs années. Une situation dénoncée par les étudiants lors de diverses manifestations organisées devant ou à l’intérieur du siège du gouvernement communautaire pour réclamer une mesure générale d’annulation de ces dettes.

Remboursement annulé mais nouveaux critères en vue

En décembre dernier, le gouvernement avait décidé de suspendre ces demandes de remboursement, le temps de réaliser une analyse juridique et budgétaire du dossier. Les conclusions de cette étude ont été présentées ce jeudi en conseil des ministres. Pour éviter toute discrimination, la décision qui en découle est donc un effacement de la totalité des sommes dues par les étudiants, soit plus de 3 millions d’euros. Les étudiants qui avaient déjà remboursé partiellement ou totalement leur allocation d’études seront remboursés. " C’est une question d’équité, souligne-t-on au cabinet de la ministre. Il ne serait pas juste que ceux qui ont obéi rapidement à l’ordre de rembourser soient pénalisés par rapport aux autres."

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Si l’héritage du passé est soldé, il s’agit d’éviter qu’une telle situation se renouvelle. La ministre de l’Enseignement supérieur a été chargée de proposer des solutions pour accélérer à l’avenir l’examen des demandes d’aides et surtout elle s’est engagée à revoir les critères d’attribution de ces bourses dès la rentrée 2020-2021. Un groupe de travail a été constitué à cet effet, incluant des représentants étudiants. Les débats se focaliseront sans doute autour des exigences de réussite. La FEF réclame leur abandon alors que la ministre a toujours affirmé qu’il n’était pas envisageable de financer sans fin des étudiants avec de l’argent public, surtout quand on connaît la fragilité budgétaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Reportage de notre journal de la mi-journée :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK