La Fédération Wallonie-Bruxelles vise un déficit de 200 millions pour 2017

La Fédération Wallonie Bruxelles qui entame sa dernière ligne droite ce lundi matin.
La Fédération Wallonie Bruxelles qui entame sa dernière ligne droite ce lundi matin. - © LAURIE DIEFFEMBACQ - BELGA

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a bouclé lundi son budget 2017 avec un déficit attendu de 200 millions d'euros en fin d'exercice. Même si c'est 45 millions d'euros de moins qu'en 2016, la Fédération s'écarte toutefois de son objectif de retour à l'équilibre initialement prévu pour 2018.

"L'austérité n'est pas la réponse à apporter face aux défis que notre société doit relever", a justifié lundi le ministre-président Rudy Demotte lors d'une conférence de presse. "Nous avons décidé de nous engager dans une autre voie, celle du soutien à des mesures porteuses de progrès social, pour répondre à des besoins essentiels et renforcer les moyens dans les compétences clés pour l'avenir des francophones, et singulièrement des jeunes".

Nouvelles dépenses dans l'enseignement

De nouvelles dépenses sont ainsi programmées pour la création de places scolaires supplémentaires (20 millions d'euros), ainsi que pour la mise en oeuvre des premières mesures qui sortiront prochainement du Pacte pour un enseignement d'excellence (21 millions).

En plus du maintien d'une série de dépenses pour l'accueil des migrants (scolarisation,...) et de lutte contre le radicalisme, l'équipe PS-cdH a décidé de dégager 11,3 millions (BIEN 11,3) d'euros pour refinancement le secteur de l'Aide à la jeunesse, longtemps délaissé. Cet argent servira notamment à créer de nouvelles places d'accueil pour adolescents en difficultés et renforcer l'encadrement.

Des investissements et des réponses concrètes!

Autre nouveauté: une enveloppe de 3,5 millions d'euros pour l'accueil des enfants en difficultés de moins de 7 ans qui, faute de place, sont aujourd'hui souvent confiés à des... hôpitaux. "Il s'agit de résoudre des situations sociales inacceptables", a justifé la vice-ministre-présidente cdH, Alda Greoli. "Notre philosophie peut se résumer à deux mots: des investissements et des réponses concrètes!".

Le secteur des mouvements de jeunesse et les centres de jeunes bénéficiera lui aussi l'année prochaine d'une revalorisation à hauteur de 2,5 millions.

En plus du refinancement structurel déjà décidé l'an dernier, près de 5 millions d'euros complémentaires seront affectés à l'enseignement supérieur, notamment pour les structures collectives d'enseignement supérieur, la réforme du filtre en médecine, et la prolongation d'une aide pour la filière d'études vétérinaires, victime de surpopulation.

L'équilibre budgétaire remis à la prochaine majorité

L'impact budgétaire -encore incertain- de la réforme des bourses d'études a, lui, été renvoyé à l'ajustement, au printemps prochain. Desservi par une série paramètres macro-économiques défavorables(saut d'index, croissance revue à la baisse,...) ainsi qu'une série d'obligations (notamment en matières de pensions), le gouvernement Demote a aussi décidé lundi d'une série de nouvelles économies pour contenir le dérapage budgétaire.

D'ordre essentiellement technique, celles-ci se chiffreront à une septantaine de millions d'euros au total pour l'année prochaine. Eles viendront s'ajouter à une série d'économies pérennes déjà décidées en 2015 et 2016.

Quant au retour à l'équilibre, le gouvernement a fait comprendre lundi qu'il ne fallait plus l'attendre pour 2018, comme prévu en début de législature. Il sera donc renvoyé à la prochaine majorité. "Nous n'allons pas travailler avec des dogmes", a justifié M. Demotte. 

Plus imagé, André Flahaut, ministre du Budget, a lui usé d'une métaphore maritime. "Le bateau navigue vers son objectif. Il y arrivera, mais cela ne peut se faire aux dépens des passagers. Le capitaine doit d'abord s'assurer que chacun à bord est bien traité, selon ses besoins...".

L'épure budgétaire 2017 sera présentée en commission du Parlement d'ici la fin du mois de novembre.Le vote en plénière est déjà programmé en date du 14 décembre prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK