Billes noires sur les terrains synthétiques: le gouvernement wallon rassure

Depuis quelques semaines, la Wallonie fait face à bon nombre d'interrogations à propos de la qualité des terrains synthétiques sur le plan de la santé. Et plus précisément sur les billes noires destinées notamment à tenir la fibre de l'herbe droite. Ces petites boules noires provenant de pneus usés recyclés.

Dans un reportage de l'émission de la RTBF, On n'est pas des pigeons, Valérie De Bue, la ministre wallonne en charge des infrastructures sportives, se voulait pourtant rassurante: " Les analyses réalisées, disait-elle, sont tout à fait encourageantes."


►►► À lire aussi : Terrains synthétiques, gazon maudit? Leurs impacts sur la santé et l'environnement


Frasnes-lez-Anvaing a pourtant décidé d'enlever les billes noires de son nouveau terrain

Frasnes-lez-Anvaing, la commune de Jean-Luc Crucke, le ministre wallon du Budget, a, en effet décidé en début de semaine de procéder au retrait de ces billes noires pour les remplacer par du liège sur son nouveau de terrain de rugby synthétique. Une mesure décidée au nom du principe de précaution et dont le coût est de 100.000 euros.

Et aujourd'hui, Valérie De Bue décide d'aider financièrement les communes voulant faire des analyses

C'est l'information du jour. Valérie De Bue explique qu'elle n'a pas changé d'avis. Elle se veut toujours rassurante sur l'état et la qualité de ces nouveaux terrains synthétiques. Mais elle propose aux communes et aux clubs sportifs qui souhaitent faire analyser leurs terrains, de subsidier les frais de ces analyses à hauteur de 50%.

Le but de Valérie De Bue est clairement de rassurer. " Aucune étude ne décourage ou ne déconseille l'utilisation de tels terrains mais on veut être prudent. Et on veut permettre aux communes et aux responsables de clubs de vérifier si les terrains et les billes noires se situent bien en-dessous des normes imposées par l'Europe.".

Archive Question à la une du 12 novembre 2018:

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK