Bientôt les vacances

Traditionnellement, la politique belge prend ses quartiers d’été le 21 juillet. Il reste donc à peine deux mois " utiles " pour boucler certains dossiers… ou pas. Après cette date de toute façon, chacun (majorité, opposition, patrons, syndicats, etc.) la mettra en veilleuse pour deux mois.

Feu ou frigo ?

Les gouvernements ont encore quelques dossiers, notamment budgétaires, sur le feu mais si la sauce ne prend pas, ceux-ci pourraient tout aussi bien passer l’été dans le frigo…

Prenez le fédéral… La plupart des sujets délicats sont déjà " dans le tube " et les syndicats peinent à trouver un second souffle. Le saut d’index est voté, comme la limitation des allocations d’insertion ou le principe de la pension à 67 ans. On ne reviendra plus là-dessus, même si la non-indexation ne se fera sentir qu’en 2017 au plus tôt et que tout reste à négocier avec les partenaires sociaux sur les pensions. D’ailleurs, l’installation du tout nouveau Comité National des Pensions dans quelques semaines pourrait donner lieu à une (petite) contestation sociale.

Pour le fédéral, le danger d’ici les vacances serait plutôt à l’intérieur. Si la forte contestation sociale ou les tirs nourris de l’opposition surtout francophone ont finalement contribué à renforcer la cohésion du gouvernement fédéral, la future négociation sur le taxshift se fera entre partenaires gouvernementaux. Chacun a un avis sur ce glissement fiscal et le CD&V en a fait la revanche de ses concessions sociales. De plus, Charles Michel s’est enfermé dans un calendrier, promettant des " avancées significatives " sur le sujet avant le 21 juillet.

Mode mineur

Les échéances budgétaires ne sont pas terminées pour autant. La Wallonie n’a pas vidé son contentieux avec le fédéral même si l’apaisement et le débat constructif sont désormais à l’ordre du jour. Tous les niveaux de pouvoir devront garder un œil sur les évolutions budgétaires.

Restera aussi pour Wallonie et Bruxelles à démontrer qu’elles peuvent faire autre chose que le gros dos face à la situation et qu’elles aussi enclenchent une dynamique.

Restera enfin à la fédération Wallonie-Bruxelles de gérer le dossier des cours de religion/morale/EPA… qui a de quoi plomber une rentrée.

Avant cela, pour tous, un dernier effort avant les vacances.

 

Philippe Walkowiak

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK