Entreprises publiques: grand marchandage en vue pour les postes-clés

Les trois actuels patrons des entités de la SNCB seront-ils reconduits ou recasés ?
Les trois actuels patrons des entités de la SNCB seront-ils reconduits ou recasés ? - © BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Fin mai, le gouvernement avait lancé la procédure en vue du recrutement d'un bon paquet de top managers et de la désignation d'administrateurs. Au total, pas moins de 101 postes. Parmi les entreprises publiques concernées, l'IBPT, le Fonds de Participation, la Loterie Nationale, Belgocontrol mais aussi -surtout!- la SNCB. De Morgen avance aujourd'hui les pedigrees des principaux candidats aux postes-clés. Pas de grandes surprises en fait.

"Ob-jec-ti-va-tion"! C'était le leitmotiv d'un gouvernement qui voulait éviter à tout prix l'accusation de politiser les nominations aux principaux postes dans les entreprises publiques. Raison pour laquelle deux cabinets de chasseurs de tête avaient été désignés: Egon Zehnder et Juvaro Consulting. Leur mission: faire le tri parmi les prétendants, connus ou moins connus, puis établir la "short list" qui permettrait au gouvernement de trancher. En toute objectivité? Voire... "Celui qui pense que le choix sera opéré en dehors de toute influence politique, est plus que naïf", souligne sobrement une source anonyme au sein du gouvernement, relevée par De Morgen.

Les chasseurs de tête ont donc remis leur devoir aux principaux ministres et le moins qu'on puisse écrire est que celui-ci s'inscrit dans la droite ligne du passé... Tout ça pour ça ?

On prend les mêmes ?

Pour occuper la tête des deux futures entités du groupe SNCB, on retrouve... les trois CEO actuels: Jannie Haeck, déjà patron de SNCB Holding et Marc Descheemaecker sont bien placés pour la nouvelle entité SNCB. Luc Lallemand est, lui, repris sur la short list pour Infrabel. Ils sont flanqués d'autres candidats. Parmi lesquels l'actuel patron de la Régie des Bâtiments, Laurent Vrijdaghs, candidat pour diriger Infrabel et... administrateur de ladite Infrabel. Pas vraiment des candidats hors sérail.

Deux problèmes se poseront toutefois au gouvernement, selon De Morgen. Le premier concerne le cas de Marc Descheemaecker. Empêtré dans le fiasco du Fyra, il n'a pas vraiment le profil requis pour rendre à la SNCB nouvelle mouture le crédit perdu auprès des usagers. Certains le voient donc obliquer vers Belgocontrol. Son actuel CEO, le socialiste liégeois Jean-Claude Tintin, figure certes sur la short list mais son heure semble passée si l'on en croit les échos mettant en cause sa gestion. 

Mais le second problème du gouvernement est précisément que cette solution de repli pour Descheemaecker, estampillé Open Vld, empêcherait le CD&V d'empocher l'un des hauts postes... Les chrétiens démocrates flamands ont en effet passé leur tour lorsqu'ils ne figuraient pas dans les gouvernement arc-en-ciel et violette; nul doute qu'ils ne voudront pas rater le coche cette fois. Ils pourraient donc vouloir pousser Johan Decuyper, qui n'est autre que le chef de cabinet du secrétaire d'Etat CD&V Hendrik Bogaert.

Enfin, à la tête de la Société fédérale de participation et d'investissement -un instrument dont la voilure a considérablement augmenté ces dernières années avec le sauvetage des banques- le patron actuel, Koen Van Loo, semble faire l'unanimité: il a la confiance du gouvernement tout entier et le consultant Egon Zehnder lui tresse des lauriers, toujours selon De Morgen. Cet Open Vld pur jus, ancien chef de cabinet de Didier Reynders devrait donc pouvoir rempiler. Sauf si la logique du marchandage emporte Koen Van Loo.

Car il y aura bien sûr des arbitrages politiques. Tous les candidats seront affectés d'un "label" politique. "Mais cela ne signifie pas qu'ils sont moins compétents que d'autres", ajoute la source anonyme du Morgen. "C'est logique que les partis du gouvernement aient leur mot à dire dans la procédure de décision". Et puis soyons de bon compte: parmi les 25 noms proposés par les chasseurs de tête, il y en a qui ne sont pas liés au monde politique.

RTBF avec De Morgen

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK