BHV: pas de commentaire, nouvelle rencontre ce mardi

RTBF
RTBF - © RTBF

La réunion entre les présidents de partis, le médiateur royal Jean-Luc Dehaene et le Premier ministre Yves Leterme s'est achevée un peu après une heure du matin ce mardi. Mais les négociations ne sont pas terminées. Tous se retrouveront dans la journée.

Il n'y a pas eu de commentaire des négociateurs après la réunion de lundi, mais des informations ont tout de même filtré. Plusieurs journaux détaillent ce mardi les pistes que Jean-Luc Dehaene aurait proposées aux différents partis, les compensations pour les francophones en échange de la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Halle-Vilvoorde. On y retrouve, avec quelques variantes, toujours les mêmes ingrédients comme le premier paquet de réforme négocié en 2008 ou une déclaration de révision très large pour l'avenir et le couplage de toutes les élections (fédérales, régionales et européennes) en 2014.

La Libre précise notamment que Jean-Luc Dehaene propose, en compensation de la scission de l'arrondissement, de soustraire la tutelle sur la nomination des bourgmestres des six communes à facilités de la périphérie bruxelloise à la Région flamande et de la confier au gouverneur du Brabant flamand qui ne pourrait statuer qu'en accord avec le collège des gouverneurs. Ce mécanisme n'entrerait toutefois en vigueur qu'après les élections communales de 2012.

En compensation, les francophones des six communes à facilités pourraient aussi continuer à voter pour des listes francophones et bénéficieraient d'un droit d'inscription judiciaire ce qui leur permettraient d'ester en justice en français à Bruxelles. Les contentieux administratifs concernant les six communes à facilités seraient du ressort des chambres bilingues du Conseil d'Etat. Mais le résultat final sera sans doute différent des propositions.

Jean-Luc Dehaene n'a rien à perdre

Une nouvelle réunion est prévue ce mardi afin de poursuivre l'examen de la proposition de compromis sur les questions institutionnelles. Il n'y a pas eu de commentaire à la sortie de la rencontre de lundi. Selon certains observateurs, c'est un signe que Jean-Luc Dehaene pourrait réussir sa mission. Le médiateur royal est au moins parvenu à obtenir le silence. C'est déjà un petit miracle, selon certains, ou en tout cas un  premier résultat probant lorsqu'on se souvient notamment du climat détestable qui régnait à Val-Duchesse en 2007 lors des discussions entre sociaux-chrétiens et libéraux sous l'égide d'Yves Leterme.

A l'époque, sans arrêt, chacun y allait de sa petite phrase, des petites phrases qui faisaient sans cesse monter la pression. Aujourd'hui, Jean-Luc Dehaene n'a rien à perdre. Sa carrière politique est derrière lui. Et chacun connaît ses positions personnelles sur le sujet: il habite Vilvorde, veut la scission de BHV et il partage les positions des bourgmestres flamands de la périphérie. Neutre et impartial, il ne l'est sûrement pas. Et Jean-Luc Dehaene s'en fiche. Fort de son passé sur le plan institutionnel, il avance, il fonce même.

Si un accord est trouvé, il restera dans l'histoire. Si aucun accord n'est trouvé, lui qui a déjà tout connu en politique belge, retournera à ses affaires: l'Europe, Dexia et le football. Et ce n'est pas lui qui paiera les pots cassés. Pour résoudre un dossier comme BHV, ça peut aider.

 

A.L. avec M. Sirlereau et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK