Bernard Wesphael, l'agitateur d'idées qui s'est finalement isolé

Retour sur la carrière de Bernard Wesphael
Retour sur la carrière de Bernard Wesphael - © Tous droits réservés

Bernard Wesphael est un homme politique bien connu. Député wallon, président du Mouvement de gauche depuis avril dernier. Retour sur la carrière politique de cet homme dont certains ont vu en lui le Jean-Luc Mélenchon wallon, du nom du leader du parti de gauche français.

Brillant débatteur, agitateur d'idées quitte à finalement s'isoler. Tel est Bernard Wesphael, 55 ans, originaire de Waremme, parti de chez lui à 18 ans pour travailler en usine, avant de devenir et durant de longues années éducateur social.

Membre des "amis de la Terre", cofondateur d'Ecolo en 1980, secrétaire général de la Fédération des jeunes écologistes de 1988 à 1992, conseiller communal à Liège, puis 10 ans durant conseiller provincial c'est là qu'il forge sa popularité dans des joutes homériques avec le socialiste Joseph Moxhet.

En 1999, il change d'enceinte et devient député wallon, réélu en 2004 et 2009 : 11 229 voix de préférence cette année-là, 6ème score de la province.

Chef de groupe Ecolo depuis 2004 aux flèches acérées du temps des Verts dans l'opposition, un peu moins à l'aise sous l'olivier. Mais l'homme est ambitieux : candidat en 2003 et 2012 à la coprésidence de son parti. Espoir toujours déçu. En ticket avec Marie Corman en 2012, il recueille 15% des voix et espère capitaliser.

S'estimant incompris par les siens, il claque la porte d'Ecolo en mars 2012, siège comme député indépendant. Courtisé par le PTB, il lance finalement un "Mouvement de gauche" en juin, surfant sur la vague française Mélenchon, se voulant "démocrate, radical, écologiste, laïque et citoyen". Mouvement qu'il annonce vouloir lâcher en septembre dernier, car il ne s'y reconnaît plus.

L'avenir du Mouvement de Gauche est désormais plus qu'incertain. Sa vice-présidente, Caroline Bertels, a déclaré que le Mouvement de Gauche continuera son travail politique malgré l'inculpation de son président. "Même si son inculpation a été confirmée, nous rappelons la présomption d'innocence et nous faisons confiance à la justice", a-t-elle indiqué.

F. Van Eeckhaut

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK