Bernard Gheur reçoit le Prix des lycéens 2013 pour "Les Etoiles de l'Aube"

La 20ème édition du Prix des Lycéens a récompensé  l’auteur liégeois Bernard Gheur.
3 images
La 20ème édition du Prix des Lycéens a récompensé l’auteur liégeois Bernard Gheur. - © RTBF

Le 20ème édition du Prix des Lycéens proposé par la Fédération Wallonie-Bruxelles a récompensé hier l’auteur liégeois Bernard Gheur. Ce Prix propose aux élèves de 5ème et 6ème secondaire de choisir un auteur parmi les 5 sélectionnés. Cette année, 2200 élèves ont participé.

Hasard du calendrier, ce 20e prix des lycéens, décerné par des élèves des classes terminales de l'enseignement secondaire parmi cinq romans belges d'expression française, a été remis au lauréat le jour de commémoration de la victoire alliée de 1945. L'auteur, né dans une cave à Liège quelques mois avant cette victoire, explore dans "Les Etoiles de l'Aube" (éd. Weyrich, Neufchâteau, 2011) les jours "terribles et euphoriques" de 1944 et 1945 (le débarquement, la libération, la contre-offensive allemande, les bombardements, etc.), nourrissant sa narration de faits vrais "chargés de l'émotion des témoins qui me les ont contés". Le même Bernard Gheur remporte au passage le Prix des délégués de classes et le Prix "Tempête" du "roman qui fait chavirer". Les autres auteurs sélectionnés se sont chacun vu attribuer un prix spécial imaginé par les élèves: le prix "Route de soi" du "plus beau cheminement intérieur" est attribué à Geneviève Damas pour "Si tu passes la rivière" (Editions Luce Wilquin), le prix "du silence au cri" va à Chantal Deltenre pour "La Maison de l'âme" (MaelstrÖm), le prix du "roman qui porte haut la liberté" récompense "Les Epines de la Couronne" d'Hugo Lejeune (Editions Luce Wilquin) et celui de "la plus belle rencontre" est attribué à Nathalie Skowronek pour "Karen et moi" (Arléa).

Beaucoup d'émotion

 "Les étoiles de l’aube", le roman primé, mêle témoignages et fiction, sur fond de libération en 1945. Visiblement,  Bernard Gheur était très touché par ce prix. "J’adore le contact avec les lycéens. je suis en connivence avec eux. Je suis très ému. Je ne leur transmets pas la grande Histoire, mais des émotions touchantes ou dramatiques. C’est un livre qui a une tonalité d’allégresse puisque mon enquête journalistique était centrée sur la libération. "

Sur les 450 élèves présents à la remise du Prix,une grande majorité avait choisi ce livre–là.

Nicole Debarre avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK