Bernard Clerfayt ne donnera pas son accord pour les actions policières près du parc Maximilien

Bernard Clerfayt ne donnera pas son accord pour les actions policières près du parc Maximilien
Bernard Clerfayt ne donnera pas son accord pour les actions policières près du parc Maximilien - © THIERRY ROGE - BELGA

Le député-bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt (DéFI), ne donnera pas son feu vert, requis selon lui parmi celui des autorités administratives compétentes, aux actions policières annoncées par le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), aux abords du Parc Maximilien.

"Rien ne justifie ces rafles sauf sans doute une volonté électoraliste de certains qui jouent sur les peurs de la population en déformant la réalité de terrain", a soutenu jeudi le bourgmestre de Schaerbeek. Selon celui-ci, il n'y a pas de regroupements de plus de 500 personnes la nuit dans la gare du Nord toute proche, ni au parc Maximilien, contrairement à ce qu'a affirmé le ministre, mercredi.

"Comble du cynisme, ces rafles sont prévues à l'heure où de nombreux bénévoles apportent de quoi empêcher les personnes de mourir de faim et de froid", a commenté M. Clerfayt.

Pour lui, si les regroupements décrits par le ministre ne sont pas d'actualité, il y a lieu d'en féliciter les bénévoles de la plate-forme citoyenne qui, depuis plusieurs mois, supplée "aux manquements et à l'inopérance des autorités fédérales et en particulier de Messieurs Francken (le secrétaire d'Etat à l'Asile et à la Migration, ndlr) et Jambon".

D'après M. Clerfayt, il y a certes des moments d'affluence aux heures de distribution de repas qui entraînent des difficultés en terme de gestion de la propreté. Cela ne justifie toutefois en rien la nécessité revendiquée par le ministre d'"organiser des rafles pour empêcher un Calais bis."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK