Bernard Arnault peut encore devenir Belge, affirme Georges Dallemagne

Le dossier suit son cours et n'est pas nécessairement voué à l'échec, affirme Georges Dallemagne. 

"La loi prévoit qu'il faut soit avoir trois ans en Belgique soit à défaut avoir des attaches véritables en Belgique. L'Office des étrangers se borne à constater qu'il n'est pas là depuis trois ans en Belgique. Ça, nous le savions. Nous aurions, nous, apprécié la question des attaches véritables de Mr Arnault avec la Belgique", explique-t-il.

Quant à savoir de quelles "attaches véritables" pourrait bénéficier Bernard Arnault, il répond : "S'il s'est établi personnellement, professionnellement. S'il a une bonne partie de ses activités en Belgique. Tout ça ce sont des éléments qui seront appréciés par la Commission des Naturalisations".

Ce que disait la presse

L'homme d'affaires français Bernard Arnault ne satisfait pas aux critères requis pour obtenir la nationalité belge, a indiqué l'Office des Etrangers. Le chemin vers la nationalité belge semble très difficile pour l'homme le plus riche d'Europe, souligne jeudi le journal De Morgen.

L'Office des Etrangers a envoyé un avis négatif au parlement dans le cadre du dossier de naturalisation du Français Bernard Arnault.

Le patron du groupe LVMH a lancé en juillet dernier une demande de naturalisation auprès du parlement belge. Il tombe dès lors sous le coup de l'ancienne procédure de naturalisation, qui sera totalement revue en janvier prochain.

Afin de rendre leur décision, les parlementaires de la Commission des naturalisations ont besoin de trois avis : celui de l'Office des Etrangers, celui du parquet et celui de la Sûreté de l'Etat. Le parquet et la Sûreté n'ont pas encore communiqué leur position.

L'Office des Etranger, qui doit remettre son avis en premier, a remis un carton rouge il y a trois semaines. Les fonctionnaires du service naturalisation de l'Office des Etrangers ont examiné si Bernard Arnault vivait en Belgique depuis le nombre d'années requises pour demander sa naturalisation.

Le candidat à la naturalisation doit en effet prouver qu'il a depuis trois ans au moins sa résidence principale en Belgique, ce qui n'est pas le cas pour Bernard Arnault.


RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK