Benoît Lutgen (cdH): "Le fédéral doit apporter des réponses aux gilets jaunes"

Benoît Lutgen (cdH): "Le fédéral doit apporter des réponses aux gilets jaunes"
Benoît Lutgen (cdH): "Le fédéral doit apporter des réponses aux gilets jaunes" - © JEAN-LUC FLEMAL - BELGA

Benoît Lutgen, président du cdH, député fédéral, était l’invité de Matin Première ce jeudi. Il n’était pas en studio mais par téléphone depuis sa voiture, coincé dans les embouteillages autour de Feluy, la E19 étant bloquée suite à une nouvelle nuit de violences, en marge du mouvement des gilets jaunes. Que pense-t-il de ce mouvement? "Ce n’était pas les gilets jaunes, mais les cagoules noires. On est passé d’une cause qui peut être entendue, et d’une colère légitime de la population, à la casse et à des débordements inacceptables. Il y a des réponses à apporter du côté du fédéral"

Pour le député d'opposition, le gouvernement "MR/N-VA" est responsable de cette colère. "Ils ont augmenté les taxes sur l’électricité, ce qui fait une différence substantielle pour le quotidien de la population. Nous, nous l’avions baissée cette taxe".

Et de citer d'autres mesures que le cdH proposerait. "Il y a des réponses en terme de logement, d’accès au logement aussi. Le cdH porte cette mesure. Il faut investir massivement dans la qualité du logement public".

La transition écologique doit être humainement soutenable

Mais les mesures du gouvernement fédéral ne sont-elles pas nécessaires face au réchauffement climatique? "Nous sommes pour la transition écologique mais elle doit être humainement soutenable. Quand on voit qu’il n’y a pas de taxe sur le kérosène et qu’on peut aller à Marrakech pour 30 euros alors qu'il y a des taxes du carburant pour les gens qui travaillent, qui conduisent leurs enfants… C’est un paradoxe. On doit y répondre au niveau européen notamment".

Il suggère: "On serait inspiré à financer davantage la SNCB et Infrabel, avec une plus grosse partie des accises liées au carburant".

La parole du Premier ministre est mise à mal

Depuis quelques jours, les tensions sont très fortes au sein du gouvernement fédéral, entre MR et N-VA concernant le Pacte des migrations.

Est-ce que le gouvernement vit ses dernières heures ? "Non, je ne le pense pas, avance Benoît Lutgen. Il y a une musculation sur la signature du Pacte de l’ONU sur les migrations. La parole du Premier ministre est mise à mal et je le regrette. Sa parole quand il s’exprime à l’étranger doit être crédible".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK