Bénédicte Linard sur le déconfinement et les mesures d’aides à la culture : "On a un accord et c’est ce qu’on présente aujourd’hui"

Au lendemain de la publication d’une tribune signée par 300 personnes issues du monde culturel qui demandent que leur secteur soit soutenu alors qu’il est l’un des plus durement touché par la crise du coronavirus, la ministre de la Culture, Bénédicte Linard, vice-présidente du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles était l’invitée de Matin Première.

L’industrie culturelle en Belgique, c’est 5% du PIB, près de 50 milliards de chiffres d’affaires, plus que l’automobile ou la construction. Le secteur a perdu 93% de ses revenus depuis de début de la crise du coronavirus. Dès lors, il monte au créneau face à l’absence de vision dans les scénarios de déconfinement et interpelle la Première ministre et le gouvernement fédéral.


►►► À lire aussi : Toutes nos infos sur le coronavirus


Mais la culture est une compétence communautaire. Alors quel est le plan de sauvetage pour la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles ? Une réunion stratégique doit avoir lieu ce mardi entre différents responsables politiques afin de dégager un scénario de déconfinement pour le secteur de la culture et discuter des aides qui pourraient être octroyées aux artistes.

Interrogée par François Heureux et Thomas Gadisseux, la ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles, a expliqué qu’il y avait différents points qui seraient abordés lors de la conférence ministérielle, "mais il y a surtout un accord de la Flandre et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, après avoir concerté le secteur, pour donner des perspectives de déconfinement aux différents secteurs qui composent le monde culturel".

Pour tenter d’aider la culture, deux axes principaux se dégagent. D’une part un scénario de déconfinement pour permettre à tous les acteurs de la culture de pouvoir retrouver le chemin du travail, dans des conditions adaptées. Et puis il y a les aides, pour soutenir financièrement le secteur.

Quel déconfinement pour la culture ?

Actuellement, la seule date qui concerne la culture dans le plan de déconfinement progressif en Belgique, c’est celle du 18 mais avec la réouverture des musées sous conditions. Mais à part cette date, y a-t-il d’autres éléments sur la table pour donner un petit peu d’oxygène à la culture actuelle asphyxiée ?

Pour Bénédicte Linard, "il y a différentes étapes et on a essayé de se calquer sur les phases proposées par le Conseil National de Sécurité. Et donc, par secteur, que ce soit dans les arts vivant mais aussi dans le secteur du livre, on a différentes étapes, avec entre autres, un début de reprise des représentations culturelles progressive". La ministre écolo précise que "la santé doit primer avant tout" et elle estime que le secteur est "très en phase" sur cette question.

Néanmoins, "il est tout à fait possible d’offrir des perspectives pour le mois de mai, pour le mois de juin pour l’été". Un été qui est habituellement plus calme mais cela pourrait être un peu différent cette année. Il y aurait également des perspectives pour septembre, "c’est exactement ce que le secteur nous demandait", indique Mme Linard.

Un plan pour la culture sur la table du GEES

La ministre de la Culture a expliqué au micro de Thomas Gadisseux, que cette approche avait fait l’objet de nombreuses discussions et avait été construite pendant plusieurs semaines avec les différents secteurs en FWB et cela alors que le Conseil National de Sécurité a demandé aux communautés francophones et germanophones de proposer un plan concerté. "On s’est concertés, on a un accord et c’est ce qu’on présente aujourd’hui".

Concrètement, le plan présenté au GEES, le groupe des experts en charge de la stratégie de sortie du confinement, tient compte des recommandations en matière de sécurité comme la distance sociale. L’une des propositions sur la table imagine "qu’à partir du mois de juin, par exemple, des petits groupes puissent reprendre des stages, que l’éducation permanente puisse reprendre des formations. Évidemment que les répétitions dans des petits groupes, des petits silos, puissent commencer même avant, on peut l’imaginer même avant le 18 mai".

Bénédicte Linard rappelle également qu’il y a des activités qui sont déjà permises aujourd’hui comme le travail seul dans un atelier ou éventuellement des enregistrements si les mesures d’hygiène sont bien respectées.

Mais quand pourra-t-on envisager de retourner voir un concert en public ou assister à une pièce de théâtre ? La ministre indique qu’il y a des questions qui restent en suspens et qu’il faudra tenir compte de l’évolution de la situation sanitaire dans le pays. En fonction de certains paramètres comme l’endroit (intérieur ou extérieur, nombre de personnes, etc.), il y a des propositions qui sont précisées dans le plan.

Quelles aides pour le secteur ?

Et puis à côté du plan de déconfinement progressif pour le secteur de la culture, il y a la question de la précarité de certains acteurs du monde culturel. Comment leur venir en aide ?

Bénédicte Linard estime qu’il y a deux niveaux de pouvoirs qui peuvent venir en aide, le fédéral et le communautaire. Pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, la ministre de la Culture estime avoir déjà pris les mesures qui relèvent de sa compétence, "en maintenant les subsides pour tous les opérateurs culturels, et les grosses subventions restent et sont distribuées peu importe l’activité".

Le statut d’artiste et les aides sur le long terme

Et puis il y a la question des acteurs du monde culturel qui vivent sous le "statut d’artiste" et de ceux qui risquent de perdre le statut ou d’y avoir accès faute de pouvoir trouver du travail. Une question qui relève du niveau fédéral, explique la ministre Ecolo : "Le fédéral a pris des premières mesures que nous sommes en train d’analyser, mais il est probable que l’on doive étendre ces mesures parce qu’elles ne sont pas suffisantes".

Ecolo a demandé de créer un fonds d’urgence au niveau fédéral pour aider à faire face à l’urgence sociale dans laquelle se trouvent certains acteurs culturels. Des propositions ont été aussi formulées par le MR pour relancer la culture et certaines de ces propositions rejoignent certaines demandes déjà mises sur la table par les écologistes.

C’est incroyable qu’on doive attendre une crise pour que certains se réveillent

Bénédicte Linard se réjouit que d’autres partis formulent des propositions pour soutenir la culture : "tant mieux si on est plusieurs à enfin vouloir dire qu’un statut d’artiste réel doit être construit, on va pouvoir, je l’espère avancer. Mais c’est incroyable qu’on doive attendre une crise pour que certains se réveillent. Cela fait des années que nous disions que ce statut d’artiste est un ersatz de statut, aujourd’hui on doit pouvoir trouver des réponses". Elle donne raison aux artistes qui se sont exprimés pour demander à être soutenus : "Aujourd’hui on n’offre pas de statut à nos artistes".

Avec le fédéral, la ministre de la Culture en Fédération Wallonie-Bruxelles souhaite qu’il y ait un plan de soutien sur le long terme qui soit mis en place afin de mettre "enfin notre culture au centre de notre société" et Bénédicte Linard en appelle à "l’union nationale" pour soutenir le secteur.

La première réunion de la conférence interministérielle aura lieu ce mardi. Elle pourrait être le début de discussions plus régulières entre les communautés sur cette question cruciale de l’avenir des artistes en Belgique.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK