Belgique: y aura-t-il un nouveau gouvernement fédéral en septembre?

Belgique: y aura-t-il un nouveau gouvernement fédéral en septembre?
Belgique: y aura-t-il un nouveau gouvernement fédéral en septembre? - © Tous droits réservés

Georges-Louis Bouchez, le président du MR, ne l'évoquait pas directement ce matin sur les antennes de la Première mais il précisait que: "la confiance a été donnée à l'actuel gouvernement fédéral jusque la prochaine rentrée parlementaire. Il y aura donc une discussion politique à la fin septembre qui devra se passer. L'actuel gouvernement fédéral a une durée de vie de 6 mois a priori."

Dans une interview jeudi Sophie Wilmès, la Première ministre, disait à peu près la même chose. Mais elle était beaucoup moins catégorique sur le calendrier en expliquant que " dès que ce sera possible, je souhaiterais encore que l'on puisse reproposer à ce pays un gouvernement majoritaire." Et Sophie Wilmès de rajouter que la confiance avait été accordée à son gouvernement sans date limite.

"Un calme apparent"

Officiellement, plus de petits jeux politiques. L'objectif étant la mobilisation face à la pandémie de coronavirus. Et c'est vrai que depuis le week-end du 14-15 mars et l'échec d'une possible coalition alliant PS et N-VA, tout semblait plutôt "tranquille". Dix partis dont le PS et la N-VA ont voté l'octroi de pouvoirs spéciaux au gouvernement Wilmès. Et ce même gouvernement a même obtenu la confiance de neuf partis alors que seuls le MR, l'Open VLD et le CD&V ont des ministres.

Résultat, le gouvernement fédéral ultra-minoritaire et en affaires courantes est devenu un gouvernement de plein exercice pour mieux lutter contre la crise sanitaire. Un changement de statut qui a été refusé par la N-VA.

"Cela recommence à bouger"

Et, sans surprise, hier, c'est Bart De Wever qui est le premier à être remonté au créneau. Depuis un mois, il s'était fait discret. Il a profité de la fin des vacances de Pâques pour montrer qu'il était toujours là. Le parti nationaliste flamand vient de vivre, il est vrai, douze mois difficiles. Une baisse conséquente aux élections de l'an dernier au détriment du Vlaams Belang. Un Vlaams Belang donné en tête dans tous les sondages depuis. Et, face à la crise sanitaire, vu la configuration politique au fédéral, la N-VA est sur la touche. Et, en plus, la Flandre comme toutes les régions du monde, voit sa prospérité économique frappée de plein fouet.

Et le message de Bart De Wever est sans surprise. Il sait que c'est au niveau fédéral que la relance économique se décidera essentiellement. Du coup, il se redit disponible pour former un nouveau gouvernement fédéral mais...à ses conditions. " Nous sommes toujours prêts à des compromis. Mais selon notre logique, nos intérêts, le programme que nous jugeons important avec la majorité que la Flandre doit donner à ce pays. Sinon, ça ne marchera pas. Mais j'espère que certains ne seront pas assez bêtes pour se laisser dominer par le PS et Ecolo."

La crainte de Bart De Wever est sans doute toujours la même: être sur la touche au fédéral si la coalition Vivaldi, associant socialistes, libéraux, écologistes et chrétiens-démocrates, les partis qui ont accepté de soutenir le gouvernement Wilmès, se mettait finalement en place dans quelques mois.

Finalement, à ce niveau-là, rien de bien nouveau. Et pourtant, les défis ont complétement changé en quelques semaines. Personne ne sachant, même les experts, comment se fera la sortie de la pandémie. Et surtout quand? A l'image des propos tenus la semaine passée par Sophie Wilmès: " Aujourd'hui, personne ne peut dire quand nous pourrons enfin reprendre le cours normal de nos vies. Le chemin est encore long et semé d'embûches et d'obstacles. "

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK