Belgique: budget, budget et encore budget au menu du Fédéral

Budget au menu du Fédéral
Budget au menu du Fédéral - © YORICK JANSENS (belga)

Au gouvernement fédéral, les discussions budgétaires reprennent ce midi sous les mêmes cieux économiques plombés. Cet exercice 2013 devrait être très très compliqué à boucler, ce qui a au moins le mérite d'inspirer nos responsables politiques.

Les idées foisonnent, c'est sûr, mais d'abord, une grande nouvelle: 3,4 milliards à trouver au lieu de 3,7 milliards et ça grâce aux compétences usurpées, des compétences déjà gérées par les Régions et qu'elles financeraient en 2013. Ce n'est pas gagné. Steven Vanackere, qui lit dans les boules de cristal: "Est-ce qu'il y a un accord? Bien sûr qu'il n'y a pas un accord mais je vois quand même des évolutions favorables."

Mais pour ce budget, plus de tabou. Johan Vande Lanotte: "On doit remettre tout sur la table, ça ne veut pas dire qu'on doit être d'accord mais tout est sur la table.

- On examine tout, absolument tout ?

- Ah oui, c'est clair, oui ! Il n'y a pas de tabou."

Pour ce budget, les économies sont faciles à trouver. Charles Michel: "Réduire les dépenses de fonctionnement de l'Etat, ralentir certains investissements de l'Etat qui ne sont pas strictement nécessaires ou encore pour faire en sorte à la fois qu'on ne touche pas aux salaires de nos fonctionnaires mais que dans le même temps, on puisse peut-être ralentir le rythme de remplacement des fonctionnaires."

Pour ce budget, on va aussi penser à l'emploi et à la relance. Alexander De Croo: "Ce qu'il faut faire, c'est regarder quelles sont les mesures nécessaires pour avoir de la création de l'emploi, pour avoir des mesures pour aider les gens qui sont dans des situations difficiles."

Mais ce budget 2013 ne sera pas bouclé tout de suite. Laurette Onkelinx a prévenu les journalistes dès samedi: "Je pense que vous allez être devant ce bâtiment, je suis désolée pour vous, mais plusieurs jours d'affilée."

Marc Sirlereau

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK