Bart De Wever: "Une royauté politique est incompatible avec la démocratie"

Bart De Wever: "Une royauté politique est incompatible avec la démocratie"
2 images
Bart De Wever: "Une royauté politique est incompatible avec la démocratie" - © Tous droits réservés

Bart De Wever, président de la N-VA et bourgmestre d'Anvers, a réagi jeudi au discours de Noël d'Albert II. Dans le quotidien De Standaard et dans une intervention télévisée évoquée par De Morgen, Bart De Wever plaide notamment pour que la formation du gouvernement soit désormais confiée au Parlement et non plus au Roi.

"Le souverain doit être au dessus de la mêlée politique afin de pouvoir représenter l'ensemble de la nation. (...) Mais Albert II ne remplit pas correctement ce rôle. Il a choisi le chemin d'une royauté de division. Son message de Noël en constitue un triste sommet", déclare Bart De Wever.

Le nationaliste flamand renvoie à son tour aux années de guerre. A l'époque un souverain "a pris des libertés avec sa neutralité. Léopold III a voulu poser des choix politiques, (....) et ceux-ci ont mené le pays au bord de la guerre civile. Léopold III a finalement été contraint à l'abdication et le maintien de la royauté en Belgique est dû à un soutien massif de la région flamande."

"Une royauté politique est incompatible avec la démocratie", ajoute Bart De Wever. Ce dernier fustige également le Premier ministre, Elio Di Rupo, qui a contresigné le discours du souverain, lui accordant ainsi la couverture du gouvernement.

Bart De Wever souhaite que le Roi ne joue plus aucun rôle dans la formation du gouvernement après les prochaines élections législatives. D'après lui, la formation devrait être confiée au Parlement. Le président de la N-VA estime que cela est par ailleurs possible sans modification de la Constitution.

Francis Delpérée défend la fonction royale

Le sénateur et constitutionnaliste Francis Delpérée a dénoncé jeudi les propos du président de la N-VA. "C'est d'un roi tout nu dont il (Bart De Wever) rêve", a-t-il affirmé, soulignant que le président des nationalistes flamands voulait enlever au souverain toutes ses fonctions.

 

"Le roi parle (à plusieurs reprises dans l'année, notamment dans son discours à la Nation prononcé lundi), il écoute les responsables politiques et la société civile et il agit lors des crises politiques", a fait observer le sénateur cdH - alors que l'entourage du Premier ministre Elio Di Rupo s'est refusé à tout commentaire sur les propos du président de la N-VA.

"Dans un pays compliqué comme la Belgique, il est indispensable qu'un certain nombre de personnes, dont le roi, puisse mettre de l'huile dans les rouages", a encore fait valoir le sénateur humaniste pour défendre le rôle politique joué par le chef de l'Etat.

"Le souverain doit être au-dessus de la mêlée politique afin de pouvoir représenter l'ensemble de la nation. Mais Albert II ne remplit pas correctement ce rôle. Il a choisi le chemin d'une royauté de division. Son message de Noël en constitue un triste sommet", a notamment déclaré M. De Wever.


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK