Bart De Wever futur bourgmestre d'Anvers: avec quelle coalition?

Ce lundi, c'est repos pour le président de la N-VA
Ce lundi, c'est repos pour le président de la N-VA - © BELGA PHOTO DIRK WAEM

Après la victoire éclatante de la N-VA et de Bart De Wever qui obtient plus de 37% des suffrages à Anvers et le maïorat de la ville portuaire, plusieurs possibilités de coalition existent. Le président de la N-VA entame mardi des négociations pour la formation d’une majorité communale.

Bart De Wever rencontre à partir de mardi tous les partis ou listes qui ont des élus au conseil communal d'Anvers. Le parti ne pose pas de préalable à l'entame des discussions. "Il appartient à chaque liste à déterminer sa position", a déclaré Bart De Wever.

Le président de la N-VA s'est déjà entretenu avec le bourgmestre sp.a sortant, Patrick Janssens, mais la prochaine coalition n'a pas été évoquée, a de son côté laissé entendre Liesbeth Homans, qui était deuxième sur la liste N-VA. Liesbeth Homans a en outre confirmé que Bart De Wever "a l'ambition" de devenir pendant six ans le bourgmestre d'Anvers. Mais Patrick Janssens a assuré à plusieurs reprises pendant la campagne électorale qu'il ne serait pas échevin dans un collège dirigé par Bart De Wever.

La N-VA moissonne ce que le Belang a semé

Le Vlaams Belang, laminé dans les urnes à Anvers dimanche, a offert ses services à la N-VA pour monter une coalition. "Le Vlaams Belang a semé pendant des décennies afin que la N-VA et Bart De Wever puissent maintenant moissonner", a commenté le chef de file du Belang anversois, Filip Dewinter.

"Le choc de titans entre Patrick Janssens et Bart De Wever a coûté énormément de voix au Vlaams Belang", a-t-il reconnu, tendant une main au président de la N-VA pour monter une coalition. Ensemble, les deux partis détiendraient une majorité d'une voix à peine au conseil communal anversois, soit 28 des 55 sièges. Mais si dimanche Bart De Wever a confirmé qu’il discuterait avec le Vlaams Belang, il a en tout cas exclu de parler avec Filip Dewinter.

N-VA et de Groen: des programmes fort éloignés

Interrogé lundi matin sur les ondes de Radio 1 sur la possibilité de voir Groen entrer dans une coalition avec la N-VA à Anvers, Wouter Van Besien a répondu que ce ne serait "pas évident" mais qu'il serait sot de totalement l'exclure.

Wouter Van Besien, qui s'est par ailleurs réjoui que Groen ait décroché plus de 75 sièges lors de ces élections locales, a souligné le fait que les programmes de la N-VA et de Groen sont fort éloignés l'un de l'autre.

Des coalitions contre la N-VA

La N-VA a déploré lundi la formation de coalitions qu'elle juge dirigées contre elle dans plusieurs villes et communes de Flandre. Ces coalitions anti-N-VA seraient "dans bon nombre de cas" imposées par les instances des partis traditionnels, a laissé entendre Bart De Wever. "Si un accord pré-électoral existait, alors c'est compréhensible, mais si c'est systématique, c'est qu'il y a autre chose. Maintenant, ils font ce qu'ils font, nous on avance...", a-t-il commenté.

D'après lui, de nombreuses sections locales de la N-VA se disent exclues de la coalition majoritaire après des interventions "venues d'en haut". "La prédiction du CD&V Etienne Schouppe s'accomplit", a ajouté Bart De Wever avec amertume. L'ex-secrétaire d'Etat avait quelque peu embarrassé son parti fin septembre en expliquant que des préaccords avaient été conclus dans environ 275 communes de Flandre, surtout pour exclure les nationalistes flamands. Le président des chrétiens démocrates flamands, Wouter Beke, avait réagi en démentant cette affirmation.

De son côté, le vice-président de la N-VA Ben Weyts s'est plaint de la formation de coalitions anti-N-VA en périphérie bruxelloise. "C'est le cas dans ma commune de Beersel ainsi qu'à Hal. On ne nous a même pas proposé de négocier. Apparemment, certains ont besoin de recevoir une leçon supplémentaire", a-t-il commenté.

Le président du parlement flamand Jan Peumans (N-VA) a lui aussi déploré une coalition anti-N-VA en province du Limbourg.

A.L. avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK