Baromètre RTBF: le PTB toujours plus haut

Le PTB, futur lider maximo? Le parti marxiste progresse dans les trois régions du pays, même si cela reste mesuré en Flandre (+1,4% pour +5,6% à Bruxelles et + 12,9% (!) en Wallonie). Tel est à nouveau le principal enseignement du baromètre Dedicated pour la RTBF et La Libre.

Autres vainqueurs: le Vlaams Belang et Groen! qui, en Flandre, font toujours jeu égal avec les partis traditionnels.

Partout, les partis au pouvoir souffrent.

Wallonie

Crédité de 5,5% des suffrages wallons en mai 2014, le PTB talonnerait à présent les deux ténors, PS et MR, larguant loin derrière lui les autres formations politiques. Les "communistes" ne sont plus qu'à 7% des socialistes; 26,5% les séparaient il y a un peu plus de deux ans, lors du scrutin.

Et si le PTB progresse de sondage en sondage, PS et MR reculent à chaque baromètre; la situation devient délicate pour le parti d'Elio Di Rupo qui n'a jamais été aussi bas dans les intentions de vote. L'écart se réduit également entre socialistes et libéraux : 1,7% seulement séparent les deux principales formations. C'est en dessous de la marge d'erreur; le Mouvement Réformateur peut songer à ce stade à la place symbolique de premier parti wallon, malgré un "petit" score.

Pour le MR, le plus compliqué sera sans doute de trouver des alliés. Le cdH devient trop petit pour compter. Ecolo ne perce pas. Pour PS et CDH, il n'y a pas eu d'"effet CETA".

La gauche wallonne peut même "rêver" à un Front Populaire : une alliance des gauches (PS+PTB+Ecolo) serait majoritaire sans problème. A ce stade, elle reste purement théorique.

Notons que la "droite de la droite" pèse plus de 10%.

Bruxelles

Comme en Wallonie, PS et MR ne sont pas en bonne santé et restent au coude à coude pour la première place. Les partis au pouvoir tant au Fédéral qu'aux Régions sont là aussi en recul par rapport au dernier scrutin. Ecolo ferait même à peine mieux que son (mauvais) résultat de 2014. Dans la Région-capitale aussi, le principal vainqueur c'est le PTB, les "communistes" y feraient plus que doubler leur score.

Le cdH reste en mauvaise posture, à nouveau sixième parti bruxellois.

Notons aussi, la progression du Parti Populaire qui resterait toutefois en dessous du seuil électoral.

Flandre

Même si elle reste loin de son score de mai 2014, la N-VA reprend un peu de couleurs par rapport au baromètre précédent (+1,1%) et quasi-automatiquement, le Vlaams Belang fait moins bien (-0,8%). Par rapport aux dernières élections, la N-VA perd (-6,1%) ce que l'autre gagne (+6,5%). Le nationalisme flamand reste un phénomène physique de vases communicants.

Les nationalistes de Bart De Wever restent toutefois largement la première formation du nord du pays devant cinq formations qui se tiennent en 4% ! Les trois partis traditionnels restent eux aussi en dessous de leur score électoral, y compris les socialistes de la sp.a, pourtant dans l'opposition partout. C'est désormais Groen! qui semble incarner l'alternative à gauche en Flandre, comme dans une moindre mesure le PVDA, bien moins fringant que son homologue wallon.

La voix discordante du CD&V dans les majorités ne lui profite guère pour l'instant.

Ce baromètre vient confirmer les tendances déjà observées : le Vlaams Belang en Flandre et surtout le PTB en Wallonie sont les seuls vainqueurs de ce baromètre.

De sondage en sondage, quel que soit l'institut, une même tendance s'observe : les électeurs wallons se détournent des partis  qui gouvernent ou qui ont gouverné. Le PS abaisse à chaque fois son seuil historique, le MR n'en profite pas, restant fixé sur son stock historique d'électeurs, et paraît bien isolé sur l'échiquier wallon. Au sud du pays, seule une majorité PS-MR pourrait tenir la route.

En Flandre, le phénomène est différent; les déplacements de voix se font essentiellement au sein de la famille nationaliste.

Mais il faut bien garder en tête le fait que les élections sont très éloignées (octobre 2018 pour les communales et provinciales, juin 2019 pour la totale européennes/fédérales/régionales), sauf chute du gouvernement Michel.

Et surtout, se souvenir que les enquêtes d'opinion se sont beaucoup trompées ces derniers mois...

@PhWalkowiak

Ce sondage a été effectué par Internet, du jeudi 24 au lundi 28 novembre 2016, sur un échantillon strictement représentatif de 2.813 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des trois régions de Belgique : 1.007 en Flandre, 914 à Bruxelles (19 communes),  892 en Wallonie.

La sélection des répondants a été réalisée par Internet dans le respect de quotas sur les principaux critères socio-démographiques (sexe, âge, actifs/non-actifs, …) et répartie de façon représentative entre les provinces de Flandre et de Wallonie, et entre communes pour la Région Bruxelles-Capitale.

La marge d’erreur maximale (c’est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50%) est de ±  3,2 % sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ±  1,8 % sur l’échantillon total pondéré ("national").

Affiliations de Dedicated : Esomar, Febelmar.

Retrouvez les données, plus complètes, de ce sondage sous formes de tableaux ci-dessous:

Wallonie

Bruxelles

Flandre

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK