Baromètre RTBF/La Libre : PS giflé, N-VA sanctionnée, FDF en progrès

Les intentions de vote en Wallonie.
3 images
Les intentions de vote en Wallonie. - © RTBF

Le PS et Ecolo en baisse en Wallonie et à Bruxelles, le MR en retrait au sud du pays, le cdH en recul en région bruxelloise. La nouvelle édition du baromètre RTBF/La Libre sanctionne largement les partis francophones. Seul le FDF tire son épingle du jeu, gagnant 5% dans la capitale. En Flandre, après avoir atteint des sommets, la N-VA perd du terrain. Le Vlaams Belang en profite.

Prestation de serment du nouveau gouvernement fédéral après de longs mois de crise, grève générale le 30 janvier dernier, annonce de diverses mesures d'austérité (ou "de rigueur", c'est selon), réforme des pensions chahutée et critiquée ... Les trois derniers mois ont été riches en événements politiques. Avec quelles conséquences sur les intentions de vote? C'est l'une des questions auxquelles répond le baromètre politique trimestriel réalisé en partenariat entre la RTBF, La Libre et Dedicated research.

Quelque 3005 électeurs belges, issus des trois Régions du pays, ont été consultés entre le 02 et le 07 février 2012. La marge d’erreur maximale est de 3,3%.

La question posée était la suivante : "Si des élections étaient organisées ce dimanche, pour lequel des partis suivants voteriez-vous s’il se présentait ?" Et les résultats sont particulièrement éloquents: le premier baromètre politique réalisé depuis la mise en place du gouvernement sanctionne largement les membres de la coalition fédérale.

La lourde chute du Parti Socialiste

C’est le Parti Socialiste qui paie la note des réformes fédérales auprès de l’électorat en Wallonie. Il perd 3,5% par rapport à notre baromètre de novembre dernier. La dégringolade est encore plus claire par rapport aux dernières élections fédérales de juin 2010 : -5,7%. Malgré tout, le PS est toujours crédité de 31,9% des intentions de vote. Le sondage a été réalisé au lendemain de la grève générale du 30 janvier. Les mesures d’austérité semblent plutôt mal accueillies par l'électorat socialiste.

Dans les 19 communes bruxelloises, la chute est plus légère (-1,8%), ce qui crédite le PS de 24,5%. Il reste le premier parti de la capitale.

Le MR recule en Wallonie, le cdH en retrait à Bruxelles

Même constat, même sanction de l’électeur wallon pour le MR. Les bleus conservent néanmoins leur deuxième place avec 18,1% des intentions de vote (soit une baisse de 2,7%). La saga de la réforme sur les voitures de société et, plus globalement, des réformes fiscales prévues pourrait expliquer ce recul. À l'inverse, les libéraux reprennent des couleurs à Bruxelles avec 19,3 % des intentions de vote, une remontée de 2,1% par rapport au mois de novembre. 

Le cdH est le seul parti des majorités fédérale et régionale qui augmente son score en Wallonie. Un mieux de 2,5% qui le crédite de 15,2% des voix et qui en fait le troisième parti de Wallonie. À Bruxelles par contre, les démocrates-humanistes chutent lourdement (-2,3%). Avec moins de 10% des intentions de vote, les troupes de Benoît Lutgen ne sont plus que le cinquième parti dans les communes bruxelloises.

Les résultats d'Ecolo sont également négatifs. Les verts perdent 3,3% dans la capitale. Présent dans les coalitions régionales, Ecolo perd aussi coté wallon (-1,6%) et n'y récolte désormais que 12,4% des intentions de vote.

Et le grand gagnant est ... le FDF

Les Fédéralistes Démocrates Francophones seront sans doute les seuls à avoir le sourire en découvrant le détail de ces intentions de vote dans le quotidien La Libre ce samedi matin. À Bruxelles, le parti d'Olivier Maingain augmente en effet son score et passe de 6,5 % d'intentions de vote lors de notre baromètre précèdent à 11,5% aujourd'hui.

L’opposition semble donc profiter au parti amarante, libre de critiquer l’accord de gouvernement sous tous ses aspects. Le voilà qui double donc le cdH et vient se placer en quatrième position, juste derrière Ecolo.

Reste au FDF à relever son grand défi: s'implanter et s'imposer en Wallonie. Et avec à peine 2,6% (soit le sixième résultat au sud du pays), la tâche ne s'annonce pas simple.

En Flandre: la N-VA freinée, le Vlaams Belang relancé

Après avoir atteint un sommet lors du précédent baromètre (où elle flirtait avec la barre symbolique des 40%), la N-VA de Bart De Wever freine et recule quelque peu. Les nationalistes perdent 2,8% d'intentions de vote mais reste, de loin, le parti le plus populaire au nord du pays.

Deuxième, le CD&V se relance timidement (+1,6%) mais est toujours largement distancé par son ancien partenaire de cartel.

Mais l'information principale côté flamand, c'est sans doute la remontée du Vlaams Belang (+2,7%). Celui que certains avait presque enterré après les derniers sondages renaît et recolle au peloton de tête.

Derrière la N-VA, la lutte s'annonce rude: quatre partis (CD&V, SP.a, Open-VLD, Vlaams Belang) se trouvent dans un intervalle de 3 points à peine.

PIAB, avec Laurence Brecx

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK