Baromètre RTBF-La Libre-Dedicated: Philippe séduit, 2014 fait peur

Le dernier baromètre RTBF-La Libre-Dedicated révèle une confiance croissante des Belges dans le nouveau Roi Philippe
9 images
Le dernier baromètre RTBF-La Libre-Dedicated révèle une confiance croissante des Belges dans le nouveau Roi Philippe - © DAVID STOCKMAN

Le "Roi Philippe". Une formulation toute fraîche, acquise depuis le 21 juillet. Le capital-sympathie est-il né avec la fonction ? La confiance des Belges dans le nouveau Roi s’installe peu à peu. 64% d’entre eux estiment qu’il est assez bien, voire parfaitement taillé pour la fonction de Roi. C’est ce qui ressort du nouveau Baromètre RTBF-La Libre-Dedicated.

"Sur base de ce que vous avez pu suivre depuis qu’il a prêté serment, diriez-vous que le Roi Philippe semble à présent…" Voici comment la question a été lancée à 2714 électeurs belges. 44% d’entre eux estiment que Philippe est assez bien taillé pour la fonction de Roi. 20% des sondés sont encore plus positifs : ils le trouvent parfaitement taillé pour la fonction.

Qui sont les sceptiques ? 15% des Belges : 10 % le trouvent "plutôt mal taillé pour la fonction" ; 5%, "très mal taillé". Restent 21 % de personnes qui attendent de voir et estiment qu’elles ne peuvent pas encore avoir d’avis.

En Flandre, la même chose

Les Flamands sont-ils plus sceptiques ? Non. Ou à peine. 10% pensent que le Roi Philippe est plutôt mal taillé pour la fonction. En Wallonie et à Bruxelles, ils sont 9%.

Les différences d’opinions varient davantage selon les convictions politiques. C’est sans surprise au Vlaams Belang puis à la N-VA que le scepticisme est le plus de mise : 28% chez les électeurs d’extrême droite, 27% chez les nationalistes flamands.

A Bruxelles, les plus séduits sont les électeurs du MR (80% d’avis positifs). En Wallonie, ce sont les électeurs CDH (86%).

2014, peur du blocage

Si le sondage traduit une certaine confiance des Belges dans l’avenir royal, il révèle aussi une grosse peur de l’avenir. Autre question posée aux sondés dans la foulée : comment appréhendent-ils la perspective des prochaines élections de 2014 ? La réponse tient en un sentiment : l’inquiétude.

60% des Belges disent que cette perspective les inquiète ;  qu’ils ne sont pas, voire pas du tout du tout rassurés pour l’avenir du pays. Parmi eux, 23% sont réellement inquiets. 37% disent que cette perspective les "inquiète quand même" ; qu’ils ne sont pas rassurés pour l’avenir du pays.

Le lot des personnes que cela n’inquiète pas ou absolument pas est moindre : 27% sur l’ensemble du pays, soit la même proportion qu’en Flandre.

La N-VA aussi

Le degré d’inquiétude varie selon la couleur politique des sondés : en Flandre, c’est parmi les électeurs… de la N-VA que l’on trouve le plus d’inquiets (68%). Ils redoutent probablement, en connaissance de cause, ce que 2014 nous prépare.

A Bruxelles, les plus rassurés sont les électeurs du parti du Premier ministre : 52%.  A l’inverse, c’est au FDF qu’on trouve le plus d’inquiets (79%).

En Wallonie, enfin, les électeurs qui redoutent le moins la perspective des prochaines élections sont  CDH (49%) ; les plus inquiets, sont ceux qui voteraient MR (66%).

Di Rupo en danger ?

Que va-t-il se passer durant cette année pré-électorale ? Le gouvernement Di Rupo pourra-t-il encore travailler sereinement et efficacement, dans le climat plutôt harmonieux qu’on a observé durant les derniers mois ? Pas convaincus, les Belges ! 13% seulement ont cette opinion. Le plus grand nombre (34%) pense que le gouvernement va commencer à se fissurer dans la perspective des prochaines élections. Guéguerre entre partenaires et sur-place en perspective.

23% des personnes interrogées pensent que le gouvernement ne va plus gérer que les affaires courantes car la bataille électorale va immédiatement commencer. 13% craignent que dès la rentrée ou dans pas longtemps, le blocage soit quasi-total, et que la Belgique soit très rapidement en crise politique.

L’avenir est donc en demi-teinte pour le moral politique des Belges : ils ont revu leur jugement sur le Roi Philippe, mais les élections de 2014 leur donnent déjà des soucis.

Johanne Montay

Ce sondage a été effectué par Internet, du jeudi 29 août au lundi 02 septembre 2013, sur un échantillon strictement représentatif de 2714 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique : 903 en Flandre, 905 à Bruxelles (19 communes) et 906 en Wallonie.

La sélection des répondants a été réalisée par Internet dans le respect de quotas sur les principaux critères sociodémographiques (sexe, âge, actifs/non-actifs,…) et répartie de façon représentative entre les provinces de Flandre et de Wallonie et entre communes pour la Région Bruxelles Capitale.
 
La marge d’erreur maximale (c’est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50%) est de ± 3,3% sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ±  1,9% sur l’échantillon total.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK