Baromètre politique: la N-VA solide, le PTB-GO conquérant

Baromètre politique: la N-VA solide, le PTB conquérant
4 images
Baromètre politique: la N-VA solide, le PTB conquérant - © Tous droits réservés

J-40 avant le Big bang électoral du 25 mai prochain. Cela grenouille dans tous les partis. Et les sondages, même-si-c'est-le-vote-de-l'électeur-qui-compte, sont attendus, scrutés, décortiqués. La RTBF et la Libre Belgique vous présentent donc leur dernier Baromètre avant les élections.

Flandre: la N-VA progresse encore

"On jugera le travail de ce gouvernement à l'aune du recul de la N-VA". Depuis décembre 2011, la presse attribue ces mots à Elio Di Rupo, des mots qui auraient été prononcés dans la discrétion d'un Conseil des ministres. Aujourd'hui, à 40 jours du scrutin, la N-VA est créditée de 32,9% d'intentions de vote, en progression de 0,6% depuis notre Baromètre de février. Quasi 33%, donc, alors que la N-VA avait obtenu 28% des votes en juin 2010. Bart De Wever a placé son curseur "La N-VA est incontournable" à 30%. Son pari semble en passe d'être réussi.

Sans surprise, les partis de la majorité, côté flamand, boivent la tasse : le CD&V, malgré l'entrée en campagne de Kris Peeters, perd du terrain à 16,9% (-0,7%). Le parti démocrate-chrétien avait recueilli 17,6% en juin 2010. Même tendance baissière pour le sp.a, qui perd 1% à 13,6% d'intentions de vote (15,3% en 2010). Les libéraux de l'Open VLD relèvent la tête de 0,7% à 13,5%, caressant du doigt le score obtenu en 2010 (13,7%). A trois, ces partis totalisent 44%. Pas de majorité, côté flamand, donc.

Le Vlaams Belang conserve le statut de cinquième parti flamand avec 9,9%, Groen se situe à 7,9%, en légère augmentation, comme le PVDA+ (PTB), qui se rapproche du seuil électoral avec 4,1%.

Bruxelles : baisse généralisée pour les partis traditionnels...

Cela doit une première : les cinq (!) premiers partis au classement perdent des plumes. Le MR glisse de 1,6% à 20,2%, mais conserve la tête. Pour rappel, avec le FDF, les bleus avaient réalisé un score de 27,1% lors du scrutin fédéral de 2010. Le PS résiste mieux que les libéraux, mais lâche 0,5%, à 17,6% (le PS réalisait 26,6% en 2010). Cette "plus grande" résistance ne sera qu'une piètre consolation pour les rouges, au plus bas historique dans notre Baromètre.

Derrière les deux "grands", on retrouve 4 partis. Le cdH perd 0,9% à 11,6% (12,2% en 2010), mais semble se détacher du duo FDF-Ecolo, qui devient trio ! Le PTB-GO s'invite au match pour la quatrième place. Le parti qui se définit comme marxiste attire 7,2% d'intentions de vote, soit une progression de 0,7%. Les PTB-GO a donc en ligne de mire le FDF et Ecolo. Les deux partis dévissent de concert : -2,1% pour les amarantes et les verts. 8,3% pour le FDF; 8% pour Ecolo, 7,2% pour le PTB-GO, la lutte s'annonce très serrée à Bruxelles.

Notons que le Parti populaire continue d'aller de l'avant dans la capitale : les troupes de Mischaël Modrikamen progressent de 1,1% à 4,1%. Le seuil électoral semble donc se rapprocher à Bruxelles.

... 1 Bruxellois sur 5 choisit un petit parti

Lors du précédent baromètre, nous évoquions déjà la fragmentation du paysage politique, tant à Bruxelles qu'en Wallonie. Cette fragmentation se confirme, avec l'ajout de nouvelles forces politiques.

Ainsi, le mouvement "Debout les Belges" du député Laurent Louis capte 2,8% d'intentions de vote. "La Droite" grappille, baromètre après baromètre : le parti récolte 1,3% d'intentions. Vega, lui aussi, capte quelques sondés : 1,1%, en hausse de 0,7%. ISLAM, quant à lui, ne décolle guère : 0,3%, en hausse de 0,1%.

L'addition du PTB-GO, du PP, de Debout les Belges, de Pro Bruxsel, du Parti pirate, de La Droite, de Vega, de Belg-Unie, de Islam et du RBF donne 20,3%. 1 Bruxellois sur 5 se détourne des partis traditionnels. En 2010, seul 1 Bruxellois sur 10 avait fait de même.

Wallonie: les extrêmes progressent, le cdH sous les 10% !

Que le carton de 2010 semble loin pour le PS. En juin de cette année-là, le PS captait 37,6% de voix. Aujourd'hui, le parti pourrait devoir se satisfaire d'un score autour de 30%. Le PS progresse tout de même depuis notre dernier Baromètre : +1,3% à 29,3%. Un frémissement pour le PS qu'on pourrait imputer à l'entrée en campagne du Premier ministre ? Plus que cette hausse, la vraie satisfaction pour les socialistes pourrait être la baisse du MR, qui perd 1,5% à 22,6%. Est-ce l'effet des propositions fiscales, à la communication défaillante, qui sanctionne le parti libéral ? Rappelons, tout de même, qu'avec ce score, le MR progresserait par rapport à son score de 2010 (22,2%) obtenu avec le FDF ! (crédité de 2,7% d'intentions de vote, aujourd'hui)

Derrière les deux "gros", Ecolo progresse de 0,4% à 11%. Les Verts semblent avoir réussi à décrocher le cdH de sa roue. Un cdH qui passe sous la barre fatidique des 10% à 9,4% ! Soit une perte de 0,8%, à rapprocher de la baisse de 0,9% à Bruxelles. La polémique autour du survol de Bruxelles toucherait-elle la Wallonie ?

"A gauche de la gauche" et "à droite de la droite", les destins diffèrent. Le PTB continue de se montrer conquérant, avec 8,1% d'intentions de vote, une progression de 0,5%. Les marxistes ont donc les humanistes dans le viseur. A droite, le Parti populaire stagne, en perdant 0,5% à 5,4%. La droite perd 1,1% à 2,4%, tout comme Wallonie D'abord qui glisse d'1% à 1,8%. Ces baisses sont peut-être la conséquence de l'arrivée de nouveaux petits partis dans notre sondage : Debout les Belges s'arroge 1,7%, alors que le Front Wallons obtient 1,3% d'intentions de vote.

S'il fallait additionner toutes les intentions pour les partis situés "à la droite de la droite", un éventuel parti unitaire francophone "à la droite de la droite" obtiendrait 12,6% Soit une troisième place à notre baromètre.

S'il fallait tenir compte de tous les votes pour des partis "non-traditionnels", c'est près de 3 Wallons sur 10 qui font le choix de se détourner des partis établis. 27,7% des sondés dans notre Baromètre, alors qu'en 2010, "seuls" 13,3% avaient trouvé leur bonheur hors du quatuor PS-MR(+FDF)-CDH-Ecolo. "Même-si-c'est-le-vote-de-l'électeur-qui-compte", les sondages annoncent de façon répétée une désaffection du vote qualifié d'"utile".

@Himad Messoudi

Ce sondage a été effectué par Internet, du mardi 8 au lundi 14 avril 2014, sur un échantillon strictement représentatif de 2767 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique: 931 en Flandre, 913 à Bruxelles (19 communes), 923 en Wallonie. La marge d’erreur maximale (c’est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50%) est de ± 3,2 % sur les échantillons de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre et de ± 1,9 % sur l’échantillon total.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK