Baromètre morose pour beaucoup

Baromètre morose pour beaucoup
4 images
Baromètre morose pour beaucoup - © Tous droits réservés

Le Baromètre politique RTBF/La Libre Dedicated de novembre est là. La N-VA qui ne progresse plus, le CD&V qui retrouve des couleurs et les partis francophones généralement à la peine, le PS restant premier en Wallonie avec 30,3% alors que le MR est leader à Bruxelles... Voilà pour la synthèse.

En Flandre, les nationalistes de Bart De Wever restent de très loin le premier parti (30,8% pour 17,9% au second, le CD&V) et si on votait ce week-end, la N-VA enverrait donc plus de députés à la Chambre qu’en 2010. Mais le parti est désormais loin des 39% des intentions de vote de notre baromètre de février dernier. La N-VA est dans une tendance baissière.

A l’inverse, même si il reste à une distance respectable, le CD&V reprend vigueur. Il est même pour la première fois pointé au-dessus de son (mauvais) score de 2010 (17,9% pour 17,6%). Les autres partis flamands de la majorité restent en dessous de leur dernier score électoral et le gouvernement fédéral resterait minoritaire en Flandre. Ceux qui veulent écarter la N-VA ont du pain sur la planche !

A Bruxelles, deux coude-à-coude se confirment : entre MR et PS pour la première place et entre CDH, FDF et ECOLO pour la troisième.

Cette fois, les libéraux (22,6%) creusent l’écart avec les socialistes (20,8%) qui sont manifestement en difficultés et en tout cas bien loin du résultat de 2010 (26,6%). Derrière, le CDH emmène cette fois le peloton des poursuivants. Avec 12,2%, les démocrates-humanistes retrouvent leur score de 2010 d’un cheveu devant le FDF (11,8%) et ECOLO mal en point à 10,6%. A Bruxelles, les petits partis (Parti Populaire, PTB) ne percent pas, restant sous 2,3%.

En Wallonie, les quatre partis traditionnels paient visiblement leur participation au pouvoir, quel que soit l’échelon. Ils se situent tous en-dessous de leur dernier score électoral. Tout profit pour les petits partis : PTB (4,1%), Parti Populaire (4%), FDF ou La Droite (3,3%). Le vote "à la droite de la droite" représenterait même plus de 10% des intentions de vote wallonnes mais la dispersion sur plusieurs listes leur empêcherait sans doute de décrocher un siège de député fédéral.

Du côté des quatre principales formations, le Parti Socialiste (30,3%) peine toujours, perdant plus de 7% par rapport au dernier scrutin. Les libéraux n’en profitent pas, retrouvant leur score de 2010. Loin derrière, le CDH (12,7%) et ECOLO (11,2%) n’ont guère de quoi se réjouir.

La campagne électorale ne fait cependant que commencer… Il reste pile 6 mois avant l’échéance multiple du 25 mai.

Philippe Walkowiak

Sondage effectué par internet, du 15 au 20 novembre 2013, sur un échantillon strictement représentatif de 2925 électeurs belges. Les enquêtes ont été réalisées dans chacune des 3 régions de Belgique: 1010 en Flandre, 912 à Bruxelles (19 communes), 1003 en Wallonie.

La marge d’erreur maximale (c’est-à-dire pour des fréquences observées proches de 50%) est de ± 3,1 % sur les échantillons de Wallonie et de Flandre, de ± 3,3% sur Bruxelles et de ± 1,8% sur l’échantillon total.

Retrouvez tous les détails des intentions de vote dans La Libre Belgique de ce samedi

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK