Bachar al-Assad: "Pourquoi devrais-je être reconnaissant envers la Belgique?"

"Les Européens n'existent pas politiquement. Ils ne font que suivre le maître, c'est-à-dire les Américains", estime mardi le président syrien Bachar el-Assad dans l'hebdomadaire Knack et sur la VRT.

"Je ne suis pas reconnaissant envers la Belgique", déclare-t-il encore, en s'exprimant sur le déploiement d'avions F-16 par les autorités belges pour lutter contre l'État islamique (EI).

L'opération de la coalition internationale contre l'EI est qualifiée "d'illégale" par le dirigeant. "Elle a été décidée sans nous consulter, sans demander la moindre permission au gouvernement syrien, qui est pourtant légitime. C'est une violation de notre souveraineté", juge-t-il. "Ils n'ont pas empêché un seul Syrien d'être tué par Daesh. Alors pourquoi être reconnaissant? Pour être franc, non!"

Le dictateur syrien a accordé cette interview aux trois médias belges dans le cadre d'une visite en Syrie effectuée par les députés d'extrême droite Filip Dewinter (Vlaams Belang) et Aldo Carcaci (PP).

Les questions des journalistes devaient être envoyées à l’avance mais ils pouvaient encore poser des questions supplémentaires au moment de l’interview. "Bachar el-Assad a pris tout son temps" a commenté Jens Franssen en ajoutant que l’interview s’était déroulé dans le calme et correctement".

Le conflit en Syrie, entamé en 2011 par un mouvement de contestation à l'encontre du régime de Bachar el-Assad, a fait entre 400 000 et 500 000 morts. Un rapport publié par Amnesty vient en outre à nouveau éclairer les pratiques inhumaines du régime d'al-Assad, accusé par l'ONG de torturer et massacrer les opposants politiques dans les prisons syriennes. 

L’interview intégrale sera diffusée ce mardi soir à 20h dans l’émission Terzake (Canvas) et sur le site de la VRT : deredactie.be

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK