Azérigate: l'enquête anti-corruption du Conseil de l'Europe s'étend à Alain Destexhe

Alain Destexhe
Alain Destexhe - © ERIC LALMAND - BELGA

L'enquête anti-corruption diligentée au sein de l'assemblée du Conseil de l'Europe dans le cadre de l'Azerigate s'étend au sénateur et député bruxellois Alain Destexhe (MR), a indiqué vendredi sur Twitter le député néerlandais Pieter Omtzigt (CDA, démocrate-chretien).

"La commission du Règlement de l'Assemblée du Conseil de l'Europe vient de renvoyer les cas Destexhe et Strenz entre les mains de l'enquête anti-corruption", a twitté le député néerlandais.

L'enquête est menée par trois anciens magistrats externes à l'assemblée, le Français Jean-Louis Bruguière, le Britannique Nicolas Bratza (ancien président de la Cour européenne des droits de l'Homme) et la Suédoise Elisabet Fura.

Ceux-ci sont notamment chargés d'investiguer des informations de presse relatives au transit de quelque 2,5 milliards d'euros sur des comptes de sociétés écrans en Angleterre et en Ecosse, éventuellement destinés à alimenter des proches du régime azéri; dans cette affaire, des sommes d'argent ont également été retrouvées sur les comptes d'au moins deux anciens membres influents de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, l'Allemand Eduard Lintner (CSU) et l'Italien Luca Volonte (Union du centre, chrétien).

Fonds azéris

Il y a dix jours, la presse a révélé qu'Alain Destexhe avait fondé en 2010 une asbl, European Academy for Elections Observation, administrée avec l'ex-député Stef Goris (Open Vld puis LDD), financée par des fonds azéris depuis l'Allemagne. Président de la commission des droits de l'Homme de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, M. Destexhe a été l'auteur d'un rapport sur la situation des droits de l'Homme en Azerbaïdjan. Il n'avait pas mentionné l'existence de l'asbl qu'il administrait - une obligation - auprès de la commission, chargée d'évaluer les potentiels conflits d'intérêts.

Alain Destexhe a indiqué avoir entre-temps démissionné de l'asbl. Il vient également de démissionner de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, ce qui a suspendu la procédure de conciliation et d'arbitrage interne au MR, menée à son endroit par François-Xavier de Donnéa.

Le député néerlandais Pieter Omtzigt, également membre de la commission des droits de l'Homme de l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a fustigé la manoeuvre d'Alain Destexhe qui en démissionnant de l'assemblée n'était plus inquiété par la mise au jour d'un éventuel conflit d'intérêts. Il a dès lors demandé, et obtenu vendredi, que le cas du parlementaire MR soit intégré à l'enquête externe menée par les trois ex-magistrats.

M. Destexhe faisait également l'objet d'une autre enquête interne de l'assemblée après avoir participé à une visite auprès du président syrien Bachar el-Assad. Cette mission avait bénéficié du concours d'un avion gouvernemental russe, au départ de Beyrouth.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK