Avis de décès: fédération MR-FDF (1993-2011)

Annonce de décès: alliance MR-FDF (1993-2011)
Annonce de décès: alliance MR-FDF (1993-2011) - © Belga

On la pressentait depuis l'accord intervenu sur BHV. Lors d'un conseil général exceptionnel organisé ce dimanche soir à Woluwé-St-Lambert, le FDF a annoncé officiellement sa séparation avec le MR, mettant fin à une fédération vieille de 18 ans.

L'annonce officielle de ce que l'on pressentait depuis l'accord intervenu sur BHV est tombée ce dimanche soir. Lors du conseil général exceptionnel organisé à Woluwé-St-Lambert (dont Olivier Maingain est bourgmestre), le FDF a entériné sa séparation avec le MR, mettant fin à une fédération vieille de 18 ans. Ce à l'unanimité des quelques 350 votants moins trois abstentions.

Olivier Maingain a tenu cependant à souligner que la porte du FDF ne s'était pas fermée à jamais au nez du MR. "Nous gardons la main tendue à ceux qui, chemin faisant, après un temps de réflexion, d’analyse voire de choix plus fondamentaux, se diront que ce qui a justifié la fédération PRL-FDF en 1993, peut, peut-être, les amener à vouloir à nouveau refaire un parcours avec nous", a déclaré le président des fédéralistes.

Une sortie qui peut aussi bien être interprétée comme une porte ouverte à des alliances de circonstances que comme un appel du pied à des membres du MR qui seraient tentés de rejoindre son parti.

Chronique d'un divorce annoncé

Dès lors que le bureau du FDF s'était prononcé contre l'accord sur BHV, la séparation était dans l'air. Plus que cela, elle apparaissait comme une évidence depuis qu'Olivier Maingain avait conditionné la poursuite de l'alliance bleu-amarante à de nouvelles exigences qui auraient remis en cause l'accord obtenu.

Un accord que le président des fédéralistes francophones avait qualifié "d'accord de tricheurs". "Je ne serai pas de ceux qui seront les fossoyeurs de la Belgique" avait encore avancé Olivier Maingain sur le plateau de notre JT pour justifier sa position.

Dans ce contexte, le vote de ce dimanche soir n'apparaissait que comme une formalité nécessaire pour entériner une décision déjà prise depuis un moment.

Le vase des discordances était plein, BHV ne fut que la goutte de trop

Il faut dire qu'avant que la goutte BHV ne le fasse déborder, le vase des tensions entre les deux partenaires s'était déjà bien rempli ces derniers temps.

En mars 2008, alors que le gouvernement Leterme Ier est en cours de formation, le FDF exige un représentant au gouvernement. Un bureau du parti est convoqué en urgence et  la rupture est envisagée. Finalement, Bernard Clerfayt deviendra secrétaire d'Etat.

En février 2009, le MR passe un accord avec le LiDé de Rudy Aernoudt pour les régionales de juin 2009. Non consulté, le FDF s'élève contre une alliance avec un ultralibéral, très peu sensible à ses thèses sur Bruxelles et sa périphérie. La crise est violente. L'alliance avec LiDé est officiellement annoncée le samedi 21 février dans l'après-midi mais, deux jours plus tard, le MR y met fin.

En outre, la volonté du FDF de s'implanter en Wallonie et de recevoir des places identifiées sur les listes MR aux communales a fait grincé des dents côté des libéraux wallons.

Enfin, Olivier Maingain n'a jamais fait grand mystère du fait que la présidence de Didier Reynders l'agréait bien plus que celle de Charles Michel. Ces luttes de clans internes avaient par exemple coûté au FDF (et à Caroline Persoons en particulier) son poste de sénateur de Communautés.

Julien Vlassenbroek

 

 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK