Avec le MLD, Laurent Louis veut incarner "l'alternative à droite"

RTBF
RTBF - © RTBF

La naissance était imminente et d'ailleurs déjà annoncée après les déboires de l'unique député du parti populaire avec son ex-formation : voici qu'est venu au monde le Mouvement libéral démocrate, dernier-né des partis politiques belges et avatar du Parti populaire.

Laurent Louis, élu député par apparentement lors des élections législatives de juin 2010, était jusqu'il y a peu le seul mandataire du Parti populaire, la formation de droite créée par l'avocat Mischaël Modrikamen. Mais, alors que le jeune député originaire de Nivelles faisait bloc avec son président lorsque le PP était secoué par de premières dissensions, il s'est finalement trouvé lui-même au coeur de la tourmente, accusé de harcèlement alors que lui dénonçait des "dérives" dans le chef du petit parti. En vertu de quoi, il s'en retrouvait exclu, annonçant toutefois dans la foulée sa volonté de créer une nouvelle formation.

Le Mouvement libéral démocrate a donc très officiellement vu le jour le dimanche 6 février.

Dans un communiqué, Laurent Louis, proclamé président du MLD, annonce que son mouvement "résolument tourné vers les citoyens, défendra des thèses libérales en mettant en évidence d'importants volets sociaux tout en restant fidèle aux valeurs démocrates refusant tout populisme ou racisme". Il signale encore que le MLD "aura comme objectif de renforcer la droite francophone et non de l'affaiblir afin de changer le centre de gravité à Bruxelles et en Wallonie".

Le MLD dispose déjà d'un logo mais pas encore d'un programme détaillé. Celui-ci sera élaboré sur la base d'une dizaine de grandes lignes.

 

T.N.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK