Augmenter la dégressivité des allocations de chômage, juste avant les élections… Une bonne idée?

Augmenter la dégressivité des allocations de chômage, juste avant les élections… Une bonne idée ?
Augmenter la dégressivité des allocations de chômage, juste avant les élections… Une bonne idée ? - © NICOLAS LAMBERT - BELGA

Le ministre CD&V de l’Emploi, Kris Peeters, revient à la charge dans le dossier de la dégressivité accrue des allocations de chômage. Il entend déposer ce projet détaillé sur la table du comité de gestion de l’ONEM pour avis.

Initialement prévue dans l’accord de juillet dernier sur le jobs deal du gouvernement MR/N-VA, la proposition n’avait pas eu le temps d’être examinée par le gouvernement Michel avant sa chute en décembre. À quelques semaines à peine des élections législatives et avec un gouvernement en affaires courantes, le ministre Peeters avance donc des propositions concrètes.

Des allocations plus justes dans un régime de chômage plus actif, c’est le titre du projet. Kris Peeters entend majorer les allocations de chômage les six premiers mois, puis accélérer la dégressivité tout en tenant compte de la durée de la carrière professionnelle des demandeurs d’emploi, en maintenant aussi le montant de l’allocation forfaitaire finale, avec une exception pour ceux qui se forment dans un métier en pénurie et un effet suspensif dès une reprise de travail d’au moins un mois contre trois aujourd’hui.

Le plus important est qu’on réfléchisse et qu’on reçoive des avis

« Pour moi, il est très important d’avoir un autre débat que le débat de limiter le chômage dans le temps », explique Kris Peeters. Selon lui, la problématique est plus large. On peut y voir une flèche adressée à la N-VA. Kris Peeters lance donc sa proposition pour une entrée en vigueur en 2020. Mais la proximité des élections, dans un mois, rend cette initiative incertaine, ce que reconnaît le ministre de l’Emploi : « Je dois être réaliste, évidemment. Il n’est pas du tout évident de finaliser les arrêtés royaux avant les élections. Quelle est la situation après les élections de mai ? Ce sont des questions très pertinentes, mais pour moi, le plus important est qu’on réfléchisse et qu’on reçoive des avis. »

De leur côté, la N-VA et l’Open VLD dénoncent déjà un positionnement électoraliste. De son côté, la FGTB estime que le ministre Peeters joue avec le feu. Cette mesure était enterrée, or la dégressivité, dit le syndicat, n’aidera pas les gens à trouver un emploi, mais apportera plus de précarité. Mauvais choix ? Mauvais timing ? Peut-être un peu les deux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK