Auditoires surpeuplés: la Faculté vétérinaire de Liège mobilise

Ce vendredi, les étudiants vétérinaires ont manifesté à Liège
2 images
Ce vendredi, les étudiants vétérinaires ont manifesté à Liège - © RTBF

La Faculté de médecine vétérinaire de l'ULg a fixé rendez-vous à son personnel et ses étudiants sur la place Saint-Lambert vendredi de 10h00 à 11h00 afin de protester contre la surpopulation étudiante dans leur branche, selon une annonce diffusée jeudi par le service presse de l'Université de Liège. Les questionnaires officiels de cinq examens y seront distribués.

La problématique que dénonce l'ULg concerne l'augmentation du nombre de nouveaux étudiants au fil des rentrées, remettant en cause la qualité et la sécurité de la formation. "Afin de préserver la qualité de cette formation et celle du diplôme délivré, la Faculté de médecine vétérinaire, appuyée de manière unanime par le conseil d'administration de l'Université de Liège, confirme la nécessité impérieuse, au niveau du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, d'adopter rapidement des mesures de limitation du nombre d'étudiants, et ce dès la prochaine rentrée académique", précise l'université liégeoise.

La Faculté de médecine vétérinaire de l'ULg a dès lors opté pour une manifestation au cours de laquelle les 900 étudiants des trois années de master pourront retirer les questionnaires de cinq examens sur la Place Saint-Lambert. Les enseignants, estimant ne plus être à même de donner correctement leur formation, ont en effet décidé de transmettre les questions des épreuves de cette manière. Les étudiants rendront leur copie, qui sera cotée, à une date précise pour chaque examen et pourront y répondre à livre ouvert. Le Dr Cécile Clercx, professeur de médecine interne à l'Ulg nous explique "Ca veut illustrer le fait que si on nous force à prendre un nombre exagéré d'étudiants, le fait d'offrir un diplôme ne voudra plus rien dire parce que nos étudiants n'auront pas la formation requise pour être un bon vétérinaire ou un vétérinaire en tout cas digne de ce nom".  Et le Dr Marc Balligand, professeur de chirurgie à la faculté de médecine vétérinaire de l'Ulg rajoute "Et nous estimons que si une mesure très urgente n'est pas prise pour limiter l'accès aux études de médecine vétérinaire, nous ne pourrons assurer ni cette qualité, ni cette sécurité d'enseignement".

Belga et Eric Destiné

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK