Aucun jeune parti en Syrie n'a étudié au Centre islamique, selon son responsable

Le Centre islamique et culturel de Belgique (CICB) a contesté lundi les accusations de propagation d'un islam radical dont il est la cible. "Des jeunes partis en Syrie, pas un seul n'a étudié chez nous", a déclaré l'imam Galaye N'Diaye devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats terroristes du 22 mars.

L'islam enseigné à la Grande Mosquée du Cinquantenaire, gérée par le CICB, est celui du "juste milieu". "L'islam (enseigné) n'est pas qualifié de wahhabite (courant rigoriste dominant en Arabie saoudite) ou de salafiste. Nous sommes des musulmans vivant en Belgique, en Europe et connaissant bien le contexte occidental", a souligné Galaye N'Diaye.

A entendre l'imam, le CICB veille même à lutter contre le radicalisme. Il reçoit parfois des parents inquiets du comportement de leur enfant. "Quand les enfants s'inscrivent chez nous, ils n'ont plus ces idées de rejet de la société", a-t-il ajouté.

"On n'est pas en rapport avec l'Arabie saoudite"

Bon nombre de questions se posent depuis plusieurs mois sur le financement du centre par l'Arabie saoudite. Plusieurs de ses administrateurs sont d'ailleurs domiciliés dans le royaume saoudien. Le CICB dépend de la Ligue islamique mondiale, fondée à l'initiative d'un prince saoudien et dont les liens, y compris financiers, avec le royaume wahhabite sont étroits. L'imam de la Grande Mosquée s'est toutefois défendu de toute ingérence du royaume.

"On n'est pas en rapport avec l'Arabie saoudite mais avec la Ligue islamique mondiale. Nous ne sommes pas liés à un Etat. Nous n'avons aucune directive ou instruction qui vienne de là-bas", a affirmé Galaye N'Diaye, dont la formation est passée par l'Egypte et l'Université de Liège, et non par l'Arabie.

Plusieurs membres du comité exécutif sont néanmoins domiciliés dans le royaume saoudien et le président est l'ambassadeur d'Arabie à Bruxelles. "Ce n'est pas une bonne idée", a reconnu M. N'Diaye. L'imam s'est montré demandeur d'un débat sur ce genre de questions mais regrette que son institution ne soit guère sollicitée. "Les politiques ne veulent pas venir chez nous. Ils ne veulent pas être vus chez nous, pour des raisons que j'ignore".

L'administrateur-général de la Sûreté de l'Etat, Jaak Raes, avait indiqué le mois passé que le CICB octroyait des bourses à des personnes qui souhaitaient étudier en Arabie saoudite. L'imam a contesté cette information: le centre n'accorde pas de bourse d'étude et si une personne se présente à lui pour se rendre en Arabie, il est renvoyé vers l'ambassade.

La question du financement du CICB n'a pu être réellement élucidée. L'imam qui le représentait lundi n'est pas l'imam principal de la Grande Mosquée et ne siège pas dans le bureau exécutif. Il a confié son ignorance des questions financières et comptables. La commission adressera une série de demandes au Centre à ce sujet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK