Au moment de l'achat, la Défense savait que les hélicoptères NH90 n'étaient pas au point

L'armée belge a-t-elle fait une mauvaise affaire avec ses nouveaux hélicoptères NH90? Quatre appareils sont cloués au sol. Ces appareils accumulent les retards, les problèmes de radars, de corrosion excessive. Et surprise : on apprend aujourd'hui qu'au moment de l'achat, la Défense savait qu'ils n'étaient pas au point.

A l'époque, la Défense nationale avait négocié des compensations financières pour ces divers problèmes techniques. Et une ristourne de 5% a été obtenue.

Le ministre de la Défense, Steven Vandeput (N-VA), a révélé lui-même cette information en Commission de la Défense. "Nous avons choisi d'accepter les hélicoptères avec la version non définitive du radar contre une indemnité de 5%. C'est le maximum qu'on pouvait exiger", a déclaré le ministre de la Défense.

Benoit Hellings, député fédéral Ecolo, avait pourtant déjà posé cette question des indemnités il y a un an. À l’époque, le ministre était resté silencieux mais aujourd'hui, le son de cloche est différent.

La Belgique connaissait ces problèmes depuis très longtemps

"Il y a des problèmes de corrosion, de radar. Le ministre m’annonce que, compte tenu des nombreux retards connus dans ce programme militaire, la Belgique a obtenu 5% de ristourne au moment de la livraison. C’est là que je découvre que, en fait, la Belgique connaissait ces problèmes depuis très longtemps", explique Benoit Hellings.

Roger Housen, colonel à la retraite et conseiller en stratégie au sein du syndicat indépendant ACMP, confirme cette information. Pour lui, le contrat des NH90 a été mal négocié et sous la pression du politique. "Avant tout, c’est un dossier politique, l’achat des NH90 était surtout un projet phare pour la défense européenne, un projet qui devait prouver qu’il y avait une sorte d’intégration et collaboration européennes en matière de défense", explique-t-il.

Cette collaboration a donc poussé l’Etat belge à acheter huit hélicoptères à 35 millions l’unité. Pourtant, pour le syndicaliste, ces hélicoptères ne correspondent pas aux besoins de la Défense. Pour lui, nous disposons aujourd’hui de Ferrari alors que nous aurions pu travailler avec des Twingo. Pire, des engins de luxe cloués au sol.

Ces hélicoptères, c'est le ministère de la Défense, dirigé à l'époque par André Flahaut, qui les achète en juin 2007. Un choix qu'il assume encore pleinement aujourd'hui. "Ces appareils ont été choisis et analysés par les spécialistes de la composante Terre avec les autorités militaires de l'époque, en conformité avec ce qui était souhaité par l'Otan et l'Union européenne, affirme-t-il. Le gouvernement a pris sa décision et le choix de cet hélicoptère a été conformé par des successeurs qui disent que c'est un bon appareil."

Que vont devenir les appareils cloués au sol ?

Selon le ministre Vandeput, trois des quatre appareils ne disposaient pas du radar performant finalisé. Ils sont retournés à l'usine pour être réaménagés et le premier d'entre eux devrait être à nouveau disponible en mars prochain. Le deuxième suivra à l'automne et le troisième au début 2019. Le quatrième est en cours d’inspection programmée après 300 heures de vol. Il sera opérationnel mi-février.

>>> À lire aussi : à quoi sert vraiment l'hélicoptère NH90, l'appareil volant le plus cher de la Défense?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK