Au gouvernement fédéral, les Bleus insistent pour être invités à Bruxelles

On l'oublierait presque, mais oui il y a toujours un gouvernement Fédéral en activité.  Minoritaire certes, en affaires courantes bien sûr, mais au travail quand même. Et avec ce matin, un gros dossiers sur la table : le budget.  Mais ce matin,  pour ce premier conseil des ministres physique depuis des lustres (le conseil des ministres est expédié de manière électronique depuis plusieurs semaines), il aura surtout été question de ce qui se passe dans les entités fédérées.

Le MR fait le forcing...

Ainsi, Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères et de la Défense en affaires courantes, et par ailleurs président de la régionale bruxelloise MR, a fermement réitéré son souhait d'être associé aux négociations en vue de la formation d'un gouvernement régional à Bruxelles. "A l'image des discussions exploratoires entamées pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles.  Cela serait logique et témoignerait d'une cohérence politique", a-t-il affirmé à son arrivée à la réunion du conseil des ministres fédéral.

Didier Reynders qui aura pu compter sur la solidarité de son cousin du Nord. Le vice-premier et ministre de l'Economie, Alexander De Croo (Open-VLD), a affirmé qu'il fallait dans la mesure du possible que "la famille libérale puisse travailler ensemble".  Pour rappel, à  Bruxelles, six formations (les socialistes et les écologistes des deux rôles linguistiques ainsi que DéFI et l'Open Vld) négocient depuis des semaines, mais sans le MR, le parti frère des libéraux flamands.

Mais les Bruxellois pas intéressés

Reste que le forcing libéral risque bien de faire long feu. Ce matin, alors que les négociations bruxelloises semblent proches d'aboutir, la présidente de la Fédération bruxelloise du PS et "formatrice", Laurette Onkelinx, a tenu des propos on ne peut plus clairs. "Je suis vraiment choquée par ce qui se passe. Bruxelles est une Région à part entières. Commencer à faire des déclarations comme si Bruxelles était une monnaie d'change pour d'autres niveaux de pouvoir, comme si elle était un distributeur automatique de postes, c'est quoi ça? ", a-t-elle dit. Même son de cloche du côté des verts. "La demande du MR nous inspire un 'non', a indiqué Alain Maron, négociateur Ecolo

Cet après-midi, sur le coup de 14h30,  le trio - PS-Ecolo-MR - doit se retrouver pour la suite de leur rencontres exploratoires en vue de négocier un programme de gouvernement pour la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une réunion au cours de laquelle, sauf coup de théâtre, le MR devrait se voir signifier officiellement de passer à autre chose….

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK