Attentats à Bruxelles: Reynders suggère l'envoi d'une délégation belge en Arabie saoudite

Didier Reynders avec Adel Al-Jubeir
Didier Reynders avec Adel Al-Jubeir - © THIERRY ROGE - BELGA

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a suggéré jeudi l'envoi, après l'été, d'une délégation belge en Arabie saoudite, pour discuter avec les autorités de Ryad des accusations d'implication du royaume wahhabite potentiellement contenues dans le rapport - encore à finaliser - de la commission d'enquête de la Chambre sur les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.

"J'ai proposé d'organiser une mission à Ryad avec le président de mon département, les gens des services de renseignement et des services impliqués dans ces enquêtes pour expliquer la situation, (pour) montrer les preuves des allégations sur une possible implication de l'Arabie saoudite dans certains processus. Nous discuterons cela et si nécessaire (nous prendrons) certaines mesures ensemble", a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue saoudien, Adel Al-Jubeir, à Bruxelles.

"Tolérance zéro" envers le "terrorisme"

Le chef de la diplomatie saoudienne a, lors de cette même conférence de presse au Palais d'Egmont, en revanche assuré que son pays, en pleine transformation, pratiquait, en termes de lutte contre l'extrémisme, la "tolérance zéro" envers le "terrorisme", le "financement du terrorisme" et le "discours de la haine".

Adel Al-Jubeir a ainsi justifié la rupture des relations diplomatiques avec le Qatar décidée le 5 juin par l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis (EAU) et l'Egypte et les sanctions imposées à Doha sous l'accusation de soutien au terrorisme.

Ces quatre pays reprochent aussi au Qatar sa proximité avec l'Iran chiite, qui est le principal rival de l'Arabie saoudite, puissance sunnite régionale.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir