Attentat au Musée juif: enquête clôturée, le dossier au parquet fédéral

Mehdi Nemmouche, le premier suspect identifié dans ce dossier, a été interpellé à Marseille une semaine après les faits
2 images
Mehdi Nemmouche, le premier suspect identifié dans ce dossier, a été interpellé à Marseille une semaine après les faits - © NICOLAS MAETERLINCK - BELGA

Après près de trois ans d'enquête, le dossier sur l'attentat au Musée juif de Bruxelles, survenu le 24 mai 2014, est bouclé et la juge d'instruction Berta Bernardo-Mendez a renvoyé l'affaire vers le parquet fédéral.

Le substitut fédéral Bernard Michel doit tracer ses réquisitions avant que l'affaire ne soit renvoyée devant la chambre du conseil qui décidera quelle juridiction devra juger les prévenus.

Le Français Mehdi Nemmouche (32 ans), principal suspect dans ce dossier, est toujours incarcéré tandis que ses deux complices présumés, Nacer Bendrer (28) et Mounir Attalah (29), ont entre-temps été remis en liberté sous condition. Un quatrième potentiel suspect n'a quant à lui jamais été identifié.

L'attentat au Musée juif de Bruxelles a coûté la vie à quatre personnes. Un couple de touristes israéliens, Emanuel (54) et Miriam (53) Riva, ainsi que Dominique Chabrier (66), une bénévole française du musée, sont décédés sur place tandis qu'Alexandre Strens, un employé du musée, a succombé à ses blessures le 6 juin 2014.

Le parquet fédéral doit à présent tracer ses réquisitions

Mehdi Nemmouche, le premier suspect identifié dans ce dossier, a été interpellé à Marseille une semaine après les faits, le 30 mai 2014.

Lors de son arrestation, Nemmouche était en possession d'armes très similaires à celles utilisées lors de l'attentat, de munitions et d'un drapeau de l'Etat islamique, ainsi que d'une vidéo où un homme affirme hors champ être l'auteur de l'attentat à Bruxelles, tandis qu'il filme ses armes et ses vêtements.

Jusqu'à présent, Nemmouche n'a encore fait aucune déclaration aux enquêteurs belges. Selon ses avocats, il n'existe aucune preuve déterminante à son encontre mais la chambre du conseil comme la chambre des mises en accusation ont à chaque fois prolongé sa détention.

Nacer Bendrer et Mounir Attalah ont été interpellés au fil de l'enquête et placés sous mandat d'arrêt mais ont entre-temps été remis en liberté sous condition. Un avis de recherche concernant un quatrième suspect potentiel a été diffusé à la mi-janvier 2015. L'homme avait été filmé quelques jours après l'attentat en compagnie de Nemmouche et n'a toujours pas été identifié.

Le juge d'instruction a néanmoins décidé de clôturer l'enquête et le parquet fédéral doit à présent tracer ses réquisitions. Un procès devant les assises est largement privilégié par les parties civiles et la défense de Mehdi Nemmouche.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir