Attentat au Musée juif: aide financière réclamée pour protéger les sites

Elio Di Rupo et Joelle Milquet au Congrès juif
Elio Di Rupo et Joelle Milquet au Congrès juif - © RTBF

Le Congrès juif mondial (CJM) et son aile belge, le CCOJB, ont demandé lundi au gouvernement belge de renforcer la sécurité des sites de la communauté juive, qu'elle assure jusqu'à présent elle-même, mais qui constitue un important "fardeau financier".

Ils ont également réclamé, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, dix jours après l'attentat du musée juif qui a fait trois morts le 24 mai dernier, un effort "à l'échelle européenne" pour lutter contre l'antisémitisme, qui est en train de muer et qui pourrait devenir, selon eux, de l'"antichristianisme", tout en refusant toute généralisation de la part des Arabes ou des musulmans.

"Ce qu'on demande prioritairement au gouvernement, c'est une intervention financière dans la sécurité de la communauté" juive, "comme cela se fait en France ou au Royaume-Uni", a affirmé le président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB), Maurice Sosnowski, tout en saluant la réaction des autorités belges à la suite de l'attentat de Bruxelles commis, selon toute vraisemblance par un un Français d'origine maghrébine âgé de 29 ans, Mehdi Nemmouche.

Une telle demande avait déjà été formulée, mais n'a pas été accordée pour des "questions de législation", a-t-il ajouté en se déclarant incapable, dans l'état actuel des choses, de chiffrer cet investissement à la fois en matériel (de surveillance, notamment) que de personnel - des vigiles, par exemple.

Un inventaire des besoins est en cours au sein d'une "cellule de crise" créée au sein du CCOJB, a précisé M. Sosnowski avant une rencontre avec la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, puis plus tard avec le Premier ministre Elio Di Rupo.

Le président du CJM, Ronald Lauder, a pour sa part réclamé devant la presse un effort au niveau européen pour lutter contre l'antisémitisme sur internet - qu'il a qualifié de "cyberhate" (haine cybernétique), de même qu'en terme d'éducation et de formation des enseignants 70 ans après la Shoah.

Il a ainsi souhaité un sursaut sécuritaire "au niveau européen" contre le radicalisme islamiste. "Les forces de sécurité en Europe doivent être considérablement renforcées, elles ne sont pas encore capables" de faire face au "mouvement général de radicalisme" qui se développe en Europe, a souligné le président du CJM.

Selon lui, un "effort au niveau européen" est nécessaire en matière de renseignement face au danger représenté par les combattants européens en Syrie, "qui reviennent dans une Europe qu'ils haïssent et ayant appris à tuer".

Regardez les réactions du premier ministre Elio Di Rupo et de la ministre de l'Intérieur, Joëlle Milquet, à la sortie de la réunion.

L'Exécutif des musulmans exprime ses condoléances

L'Exécutif des Musulmans de Belgique a exprimé, lundi, ses condoléances et son "amitié" aux proches des victimes et à la communauté juive de Belgique à la suite de la fusillade ayant fait trois morts et un blessé grave, le 24 mai dernier au Musée juif de Bruxelles, et de l'arrestation du tireur suspecté, un Français de 29 ans "au profil jihadiste".

L'auteur présumé des faits, arrêté vendredi dernier à Marseille, est un petit délinquant ayant progressivement sombré dans l'islam radical. "La capture du principal suspect, d'origine musulmane et inféodé au radicalisme religieux le plus meurtrier, jette une fois de plus l'opprobre sur une communauté qui n'aspire qu'à vivre dans la concorde et la paix au sein de notre société", a réagi lundi l'Exécutif des Musulmans de Belgique, via communiqué. "Ce fléau ravageur qui nous touche malheureusement de plein fouet, contribue à alimenter, encore une fois, le mépris voire l'islamophobie. C'est la raison pour laquelle, cette tragédie nous rappelle l'importance du dialogue et du vivre-ensemble qui, seuls, peuvent mener à une société harmonieuse et paisible".

L'Exécutif des Musulmans de Belgique tient à rappeler que "la lutte contre l'antisémitisme et le racisme sous toutes ses formes" est "au centre des préoccupations" de la communauté musulmane belge.

"Aucune raison ni aucune pensée ne peuvent légitimer de tels crimes", conclut l'Exécutif, qui évoque "un crime animé par une idéologie rampante qui constitue un choc frontal avec l'altérité".

Le suspect arrêté vendredi à Marseille avait dans ses bagages un "drap" portant une inscription au nom de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), groupe jihadiste actif notamment en Syrie, où le jeune aurait passé plus d'un an à combattre.


Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK