Attentat au Mali: le bilan est lourd, 2 Belges tués, état d'urgence proclamé

On ne connaît pas encore le nombre précis de victimes qui ont laissé la vie dans la prise d'otages et l'assaut qui a suivi à Bamako vendredi : 21 (dont deux assaillants) selon le président malien Ibrahim Boubacar Keïta; "au moins 27", selon une source militaire.

Deux Belges tués

Didier Reynders, le ministre des Affaires étrangères, a confirmé la mort d'un deuxième otage belge. Son identité n'a pas été dévoilée, contrairement à la première victime.

Geoffrey Dieudonné est mort dans le cadre de ses fonctions : un Montois de 39 ans, fonctionnaire au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Six Belges étaient enregistrés à l'hôtel Radisson. Selon le ministre des Affaires étrangères, l'un d'entre eux serait décédé "dès le début de l'assaut." Les quatre autres sont sains et saufs.

Six Russes, trois Chinois, un Américain et un Sénégalais figurent aussi parmi les morts de l'attaque. Des étrangers d'au moins 15 nationalités faisaient partie des clients de l'hôtel, dont vingt Indiens et 15 Français, parmi lesquels 12 membres d'équipage d'Air France qui en sont tous sortis vivants.

Chasse à l'homme

Samedi, une véritable chasse à l'homme a été instaurée par les autorités maliennes, qui indiquent que les deux assaillants tués dans l'assaut de l'hôtel doivent avoir bénéficié d'assistance supplémentaire dans leur attaque.

Trois suspects sont activement recherchés à la suite de l'attaque, revendiquée par le groupe djihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, en coopération avec Al-Qaïda.

Des travailleurs du ministère de la Justice tentent encore d'identifier les deux assaillants tués par les forces de l'ordre.

Une immatriculation corps diplomatique

C'est grâce à un véhicule, immatriculé corps diplomatique, que les assaillants ont réussi à se rendre jusqu'aux portes de l'hôtel, vendredi matin. Ils ont alors immédiatement fait feu sur les deux gardes de l'hôtel et se sont engouffrés dans le bâtiment en criant : "Allahu akbar !".

A l'intérieur de l'hôtel, il y avait 140 clients et 30 employés.

Rapidement sur place, les forces spéciales maliennes ont décidé de donner l'assaut, assistées de soldats de l'ONU, mais aussi de militaires français et américains.

Etage par étage, les soldats ont libéré la plupart des clients de l'hôtel qu'ils ont ensuite emmené en lieu sûr. Il a ensuite fallu encore plusieurs heures avant de venir à bout des deux terroristes et de pouvoir établir le bilan de leur raid mortel.

Etat d'urgence et deuil national

Le gouvernement malien a annoncé un deuil national de trois jours et l'état d'urgence pour 10 jours à compter de vendredi minuit, selon une source militaire malienne.

"L'état d'urgence institué permettra de renforcer les moyens juridiques des autorités administratives et compétentes pour rechercher et mettre à la disposition des autorités judiciaires des terroristes qui seraient en cavale et d'éventuels complices", selon un communiqué diffusé par la radio publique malienne ORTM.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK