Assita Kanko (N-VA): "Ce gouvernement n'est pas en affaires courantes, il est en cale sèche"

L'ancienne conseillère communale MR d'Ixelles Assita Kanko a annoncé à la mi-décembre son passage à la N-VA. Interrogée sur La Première, elle affirme que ce n'est pas la N-VA qui a provoqué la chute du gouvernement fédéral en refusant d'adhérer au texte du Pacte mondial sur les migrations : "La N-VA a été poussée dans l'opposition par l'opportunisme du CD&V et de l'Open Vld. Jusqu'au bout nous avons cherché des solutions parce que nous voulions exécuter ce qu'il y avait dans l'accord de gouvernement".

"Nous avons été obligés d'aller dans l'opposition. Avant le dernier conseil des ministres, il y a des gens qui se distribuaient déjà les postes, Pieter De Crem avait déjà été appelé par le CD&V pour savoir s'il voulait devenir ministre. Aujourd'hui ce gouvernement, je ne pense pas qu'il soit en affaires courantes. Je pense qu'il est en cale sèche, qu'il est en panne". La N-VA va-t-elle aider le gouvernement minoritaire? "On ne va pas signer des chèques en blanc mais on va s'investir dans une série de dossiers qui concernent l'accord du gouvernement, comme les éléments du jobs deal ou la dégressivité des allocations de chômage par exemple" poursuit-elle.

"Le Vlaams Belang est un parti d'extrême-droite"

Selon Assita Kanko, "il est vraiment temps d'avoir une discussion réelle à propos de la migration, à propos de la responsabilité des chefs d'Etat sur place quand on voit comment ils confisquent le pouvoir". La position de la N-VA n'est pas une conséquence de la montée du Vlaams Belang lors du dernier scrutin communal; poursuit-elle: "Il y a une différence très claire entre la N-VA et le Vlaams Belang. Des gens font tout le temps l'amalgame de manière intentionnelle parce qu'ils manquent d'arguments sur un sujet crucial. La N-VA n'est pas contre la migration, la N-VA est pour l'immigration organisée, coordonnée, et pour l'intégration réussie. Par contre le Vlaams Belang est un parti d'extrême-droite, qui n'a absolument rien à voir avec nous, qui est contre toute immigration".

A propos de son passage du MR à la N-VA, Assita Kanko répète : "J'ai fait un choix pour la N-VA, pour une famille politique avec laquelle j'ai envie de travailler sur les dossiers qui me tiennent à cœur. Ce n'est pas un choix contre le MR. Je n'ai jamais été une bête de parti mais plutôt une femme de dossier. Cela ne s'est pas passé en une nuit, ce n'est pas non plus un mariage de raison".

"Je crois au confédéralisme"

Que pense Assita Kanko du programme communautaire de son nouveau parti? "La N-VA est pour le confédéralisme, ce qui veut dire qu'on peut faire ensemble ce qui fonctionne quand on le fait ensemble, par exemple l'armée et la sécurité. Et on peut également faire de manière séparée entre la Flandre et la Wallonie ce qui peut se faire séparément. Je crois au confédéralisme. Je n'y croyais pas au début, mais finalement quand on réfléchit et qu'on connaît bien la Flandre et la Wallonie on sait très bien que les préoccupations ne sont pas les mêmes, et qu'il y a une volonté différente de gérer les problèmes socio-économiques. Dans un couple on ne fait pas tout ensemble tout le temps. Heureusement que chacun peut aller faire ses trucs de son côté. On pourrait très bien faire cela et être beaucoup plus efficace. Le PS est le parti le plus séparatiste de Belgique. Quand on entend Paul Magnette qui dit : 'jamais avec la N-VA', qui est quand même le plus grand parti flamand, on se dit que c'est lui qui a envie de faire toutes les choses tout seul en Wallonie".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK