"Arrêtons le cirque", "stop aux invectives"... comment réagissent les partis après l'abandon de Magnette/De Wever?

"Arrêtons le cirque", "stop aux invectives"... comment réagissent les partis après l'abandon de Magnette/De Wever?
"Arrêtons le cirque", "stop aux invectives"... comment réagissent les partis après l'abandon de Magnette/De Wever? - © Tous droits réservés

C'est désormais confirmé: les préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) ont constaté vendredi ne plus être en capacité d'avancer dans la mission royale qui leur a été confiée le 20 juillet, après une nouvelle (brève) rencontre avec les présidents des partis libéraux. 

Certains partis et présidents de partis ont réagi sur Twitter. Egbert Lachaert, président de l'Open Vld, exprime sa déception en retweetant sa cheffe de cabinet : "Nous avons demandé des négociations sérieuses sur un gouvernement violet-jaune. Apparemment, nous n'avons pas pu. Une déception."

Du côté francophone, Maxime Prévot, président du cdH, exprime ses regrets sur l'échec de cette mission et déclare que son parti est toujours disponible pour d'autres négociations.

Le président du MR, Georges-Louis Bouchez, fait l'objet de critiques de différents partis flamands entre autres depuis l'envoi d'un communiqué conjoint des familles libérales et écologistes pour dénoncer la surenchère visant à les "opposer afin de rejoindre le gouvernement":

A la N-VA, mais aussi au CD&V et au sp.a, cette sortie passe mal et les critiques visent singulièrement le MR. Georges-Louis Bouchez est ainsi vu comme "une araignée sur sa toile" voulant surtout "maintenir Sophie Wilmès en selle". "Il est maintenant clair que la Vivaldi est à nouveau en vie", dit-on ainsi "off the record" chez les nationalistes flamands.


►►► À lire aussi: Formation fédérale : les partis flamands de la "bulle des cinq" étrillent le MR après leur sortie avec les verts


Face à ces attaques, le président réplique en demandant de mettre fin aux invectives: 

Le Vlaams Belang enfonce le clou: de nouvelles élections

En tête dans les derniers sondages, le Vlaams Belang diffuse une affiche sur Twitter: "Arrêtons le cirque. De nouvelles élections maintenant." 

On remarquera au passage que l'identité visuelle assez proche du graphisme utilisé par le PTB dans ces campagnes.

Lundi, Paul Magnette devraient proposer au souverain de rendre leur tablier pour laisser la place à d'autres. Les regards se tournent alors vers les verts et les libéraux. L'Open VLD et Groen se montrent disponibles, pas de réaction pour l'instant du côté d'Ecolo.

La journaliste politique du Laatste Nieuws, Isolde Van den Eynde analyse: "Attendons de voir si cela se passe vraiment. Mais si les verts prennent la main - et ils le désirent - ce sera la première fois dans cette longue formation. La question est de savoir si les libéraux veulent entrer dans l'arène au coude à coude avec les verts."

D'autres internautes préfèrent l'humour et font des propositions originales: "Louez un châlet dans les Ardennes, sans wifi et sans réseau. Mettez-y tous les présidents de parti et laissez les rentrer chez eux seulement quand ils ont un gouvernement."