#ARRETE, une campagne pour sensibiliser aux violences et à la cyberviolence sexuelles

Manifestation à Marseille le 29 octobre 2017 - Illustration
Manifestation à Marseille le 29 octobre 2017 - Illustration - © FRANCK PENNANT - AFP

A l'approche de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes le 25 novembre prochain, la Wallonie et la Région bruxelloise ont décidé de lancer une nouvelle campagne de prévention de ces violences, laquelle ciblera plus spécifiquement cette année les agressions et la cyberviolence sexuelle au sein des jeunes couples.

"Selon les résultats préliminaires d'une étude qui sera finalisée en avril 2019, il apparaît déjà que 17% des jeunes déclarent être ou avoir été victimes de cyberviolence sexuelle, et une fille sur dix dit subir des violences sexuelles dans sa relation", souligne la ministre des Droits des femmes de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Isabelle Simonis(PS).

Intitulée "#ARRETE c'est de la violence", cette campagne à destination des 15-25 ans s'articule autour d'une websérie de quatre épisodes d'une minute trente chacun. Ceux-ci seront diffusés dès jeudi sur différents réseaux sociaux utilisés par les jeunes, où les initiateurs ont l'espoir de voir leur diffusion devenir rapidement virale. Ces vidéos seront également visibles sur le site arrete.be

Cette nouvelle campagne de sensibilisation entend permettre aux jeunes -auteurs comme victimes- de mieux identifier et de reconnaître les actes de violences et de cyberviolence sexuelles dans leur couple, de détecter les signes d'une prise de contrôle et de contrainte, mais aussi d'orienter les victimes vers des services d'aides, notamment via le numéro d'appel gratuit 0800/30.030.

L'un des épisodes de la campagne porte spécifiquement sur le "revenge porn", c'est-à-dire la diffusion sur internet d'images intimes en représailles à une rupture sentimentale.

"C'est la première campagne qui vise spécifiquement l'utilisation des réseaux sociaux pour poser des actes de violences, où ceux-ci sont souvent considérés comme un jeu ou banalisés", déplore la ministre wallonne de l'Egalité, Alda Greoli (cdH). "Il est grand temps que ces jeunes se rendent compte de la portée de leurs actes! ".

A côté de cette diffusion sur les réseaux sociaux, la campagne sera également accompagnée d'un spot publicitaire diffusé durant les deux semaines à venir sur la RTBF et RTL, mais aussi d'une campagne d'affichage public et de la distribution de 86.000 autocollants de promotion.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK