Armée belge en pénurie : 40% des soldats partent à la retraite d'ici 2024

Photo du syndicat militaire ACMP-CGPM
2 images
Photo du syndicat militaire ACMP-CGPM - © Tous droits réservés

Au cours des cinq prochaines années, 11.400 militaires belges prendront leur retraite, soit environ 40% de l’ensemble du personnel militaire. L’information provient de chiffres internes du ministère de la Défense que la VRT a pu consulter. Le ministère de la Défense ne sera probablement pas en mesure de recruter suffisamment de nouveaux militaires dans les années à venir.

Pour faire face à la vague de départs anticipée, le ministère de la Défense devra recruter pas moins de 13.400 nouveaux militaires d’ici fin 2024. En d’autres termes, plus de 2000 nouveaux soldats devraient être recrutés chaque année, ce qui semble difficile à réaliser. Au cours des deux prochaines années, un nombre relativement important d’officiers expérimentés iront également à la pension.

De multiples obstacles

Plusieurs obstacles se dressent sur le chemin du remplacement du personnel militaire (26.094 soldats en 2018). Le ministère de la Défense n’est pas un employeur attrayant en raison des conditions de travail dépassées et des salaires non conformes à la situation. Les postes techniques sont notamment à peine, voire pas du tout, pourvus.

Par ailleurs, la grande vague de remplacement du ministère de la Défense pose d’importants problèmes pratiques : si l’on veut trouver suffisamment de nouvelles recrues, il faudrait qu’elles soient toutes formées et qu’elles acquièrent de l’expérience. Cela prend du temps et de l’argent, ce que le ministère de la Défense n’a pas à l’heure actuelle.

Outre les départs à la retraite de militaires, des centaines de soldats quittent prématurément l’armée chaque année. L’exode des jeunes est particulièrement problématique. Ce sont des jeunes qui ne resteront en service que quelques mois ou quelques années.

Alors que la Défense a investi dernièrement dans du nouveau matériel, comme les avions F-35, elle risque de ne pas disposer de suffisamment de personnel dans un proche avenir. La mise en service des nouveaux systèmes d’armes entraînera même temporairement une charge de travail supplémentaire, puisque deux systèmes d’armes similaires coexisteront à chaque fois.

La Défense est au courant

La Défense confirme à la RTBF qu’elle est bel et bien au courant de cette situation : "Elle n’est pas nouvelle, et fait tout (et continuera à faire tout ce qui est possible) pour pouvoir atteindre les objectifs fixés au niveau de son personnel. Il n’est cependant pas possible de vous donner une projection correcte de la situation du personnel dans le futur étant donné que cela dépendra de plusieurs hypothèses et paramètres mais aussi de choix politiques futurs."

La Défense a réalisé elle-même différentes simulations de prévisions dont les résultats varient fortement en fonction du choix des hypothèses, paramètres et mesures considérées. "La tendance est bien claire : le pic à court terme dans la vague des pensions cause une diminution provisoire en personnel. Les différents graphiques illustrent donc correctement le défi auquel la Défense doit faire face : calculé en date du 1er janvier 2018, 41% de notre personnel va partir à la pension d’ici 2025."

 

Journal télévisé 03/04/2019

La Défense organise des jobs days pour tenter de trouver de nouvelles recrues.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK